Sauf action urgente, la Terre aura gagné 1,5°C dès 2040 selon le GIEC

Le rapport, somme d'un millier de pages, synthèse des recherches scientifiques mondiales, doit être présentée à l'automne 2018
Le rapport, somme d'un millier de pages, synthèse des recherches scientifiques mondiales, doit être présentée à l'automne 2018 - © DENIS CHARLET

Le monde, dans les conditions actuelles, atteindrait dès les années 2040 +1,5°C de réchauffement, le premier des seuils fixés par l'accord climat de Paris, sauf à agir urgemment, selon un projet de rapport du groupe des experts du climat de l'ONU (GIEC).

"Il existe un fort risque que, au vu des trajectoires d'émissions (de gaz à effet de serre) et des engagements nationaux actuels, la Terre se réchauffe de plus de 1,5°C par rapport aux niveaux pré-industriels, générant des risques associés", prévient le projet de texte, dont l'AFP a obtenu une copie. "Aux taux de réchauffement présents, la température globale moyenne atteindrait 1,5°C d'ici les années 2040".

Vu la persistance des gaz dans l'atmosphère, le monde n'a plus devant lui que 12 à 16 ans d'émissions au rythme actuel, s'il veut garder 50% de chances de s'arrêter à +1,5°C.

Un rapport qui peut encore évoluer

Ce rapport a été commandé au GIEC après l'adoption de l'accord de Paris fin 2015 sous l'égide de l'ONU.

Cette somme d'un millier de pages, synthèse des recherches scientifiques mondiales, doit être présentée à l'automne 2018, et accompagnée d'un "résumé pour les décideurs politiques" adopté par consensus par les gouvernements.

Interrogé par l'AFP, le GIEC note que le texte peut encore évoluer.

A ce stade, le monde a déjà gagné 1°C.

Le "seul" moyen de rester à 1,5°C est d'"accélérer la mise en oeuvre d'actions rapides, profondes, multi-sectorielles", selon le document de travail du Giec: réduire "fortement" la demande d'énergie par habitant, développer les énergies renouvelables (qui doivent devenir source dominante d'énergie primaire à partir de 2050), décarboner le secteur électrique d'ici la moitié du siècle, en finir "rapidement" avec le charbon.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK