Santé: un nouveau test permet de détecter les cancers bien plus rapidement

Santé: un nouveau test permet désormais de détecter les cancers bien plus rapidement
Santé: un nouveau test permet désormais de détecter les cancers bien plus rapidement - © JOE RAEDLE - AFP

Sur base d'une goutte de sang, 13 types de cancers pourraient désormais être dépistés en quelques heures grâce à un seul appareil. C'est la multinationale Toshiba qui annonce avoir mis au point ce nouvel outil qui laisse présager de bonnes perspectives en matière de lutte contre le cancer. 

Épaulée par l'université de Tokyo et le meilleures équipes scientifiques du pays, la firme japonaise Toshiba a développé un boitier qui permet cette prouesse scientifique. Le principe de fonctionnement est très simple puisqu'une goutte de sang permet, en deux heures à peine, de fournir un diagnostic avec un taux de précision de 99%. En juin dernier, une autre firme japonaise annonçait avoir mis au point un test un peu similaire mais avec une moindre précision. Une compétition entre firmes japonaises semble donc émerger dans ce domaine qui laisse présager, à terme, la mise sur le marché d'un kit de dépistage efficace.  

Détecter le cancer avant les symptômes

Le kit présenté par la firme Toshiba fonctionne de cette manière. "Il dose des micro-ARN, une forme de matériel génétique, dans le sang", comme l'explique le professeur Pierre Coulie, immunologiste et oncologue à l'institut de Duve (UCLouvain). "Ces micro-ARN sont contenues dans toutes nos cellules et aussi en grande quantité dans les cellules cancéreuses. Quand ces cellules meurent, elles sont alors relarguées dans le sang. Quel que soit l'endroit où se trouve le cancer, les microARN en révèlent la présence et le dosent.

A l'avenir, ce test simple et non-invasif permettra de détecter précocement toutes les formes de cancer les plus courantes : estomac, œsophage, poumons, foie, voie biliaire, pancréas, intestin, ovaires, prostate, vessie, sein ainsi que certaines cancers des os et du cerveau. Des cancers parfois indétectables au début de leur développement.

"Le grand intérêt, c'est qu'on peut les détecter fort tôt, bien avant les symptômes ou les signes cliniques", rajoute le professeur Coulie. "Par exemple, pour des tumeurs comme celles présentes dans le colon, les poumons ou le pancréas, elles évoluent pendant longtemps sans qu'on ne se rende compte de leur présence. Lorsqu'on finit par avoir un diagnostic, avec un signe clinique, la tumeur est déjà fort grande et les traitements deviennent beaucoup plus complexes et pas toujours aussi efficaces qu'on le voudrait".

Une détection précoce, moins invasive, avec boîtier permettra des soins plus efficaces à un stade moins avancé du cancer et un pronostic beaucoup plus prometteur pour les patients. Mais attention, ce boitier ne sera  pas disponible avant 5 à 10 ans puisque les tests cliniques commenceront seulement l'année prochaine. La technique reste toutefois prometteuse, peu onéreuse, 160 euros le boitier, et porteuse de beaucoup d'espoir. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK