Santé des enfants de 0 à 6 ans : l’ONE s’adapte pendant le confinement

En ces temps de confinement, pas toujours évident de s’occuper de la santé des tout-petits. L’ONE, l’Office de la Naissance et de l’Enfance, continue pourtant ses missions. Les consultations accueillent encore les enfants qui doivent être vaccinés et les professionnels restent en contact avec les familles, même si partout, on s’adapte à cette situation particulière.

Une question de santé publique

Lors d’une consultation à Ixelles, nous retrouvons la petite Oda, 18 mois, et sa maman. Elles sont venues pour les vaccins d’Oda. Les consultations de l’ONE sont encore ouvertes, mais elles accueillent désormais essentiellement les nouveau-nés et les enfants devant se faire vacciner. Une question de santé publique.

"C’est très important de continuer la vaccination, insiste le Docteur Marianna Kun, pédiatre à la consultation d’Ixelles. En général, nous vaccinons les enfants contre des maladies très dangereuses voire mortelles. C’est le cas de la poliomyélite qui est d’ailleurs obligatoire en Belgique, tout le monde doit être vacciné".

Des maladies comme la coqueluche ou la rougeole ont fait leur retour ces dernières années, et il est donc essentiel de poursuivre la vaccination. La maman d’Oda, elle, se dit rassurée d’avoir pu protéger sa fille : "C’était sa dernière dose et ça me donne un sentiment de sécurité… Puis je vois qu’il n’y a pas beaucoup de risques, il n’y a pas d’autres enfants en ce moment", nous confie-t-elle.

3 images
La petite Oda a pu recevoir ses vaccins à la consultation de l’ONE © RTBF

Éviter que les parents se croisent

Il faut dire que toutes les précautions sont prises pour éviter les risques lors de ces consultations. Les locaux sont nettoyés et désinfectés quotidiennement, les coussins à langer entre chaque passage. Pas de jouets non plus à disposition des enfants pour éviter la contamination, et un seul parent accompagne chaque enfant.

"Je travaille en binôme avec le docteur, nous n’avons plus de bénévoles pour le moment", précise Olinda Pereira, partenaire enfants-parents (PEP’s, anciennement TMS pour travailleur médico-social) à la consultation d’Ixelles. Des bénévoles habituellement à la retraite et donc particulièrement à risque.

"Je téléphone aux familles un ou deux jours avant la consultation pour réorganiser nos plannings et veiller à ce que les mamans ne se croisent pas. On prévoit plus ou moins 20 minutes par enfant pour permettre la distanciation sociale", ajoute-t-elle. Et bien sûr, les parents ou enfants présentant des symptômes comme de la fièvre ou de la toux sont invités à reporter leur rendez-vous.

3 images
Les rendez-vous sont espacés pour éviter que les parents se croisent © RTBF

Par téléphone, par mail, par WhatsApp aussi

En temps normal, les PEP’s de l’ONE partagent leur temps entre les consultations et les visites à domicile. De ce côté-là, le travail s’est encore plus adapté. Pour continuer leurs missions d’écoute active et de soutien à la parentalité, le travail se fait donc à distance.

Letizia Cammareri est PEP’s en province de Liège. Elle est plus connectée que jamais.

"Par téléphone, par mail, par WhatsApp aussi, raconte Letizia. Dernièrement j’ai une maman qui m’a envoyé une photo, elle était inquiète parce que son bébé avait des boutons. Je l’ai montrée au médecin parce qu’on collabore énormément avec les médecins traitants, les pédiatres et les sages-femmes pour répondre un maximum aux demandes des parents".

Des parents qui ont souvent des questions générales liées à l’évolution et à la santé de leurs enfants, mais aussi liées à la situation sanitaire actuelle. Les PEP’s font donc leur possible pour y répondre par téléphone, mais un contact est parfois nécessaire, comme l’explique ci-dessous Letizia Cammareri.

Ressources sur internet et les réseaux sociaux

L’Office de la naissance et de l’enfance reste également actif sur les réseaux sociaux et sur son site internet. La page Facebook de l’ONE alterne ainsi les articles classiques sur l’évolution des enfants (allaitement, diversification alimentaire, apprentissage de la propreté, etc.) avec des publications liées à l’actualité ("Comment parler aux enfants du Coronavirus ?" Ou "Est-ce que je peux mettre mon enfant à la crèche ?").

L’ONE dispose même d’un compte Instagram pour rester connectée aux jeunes générations de parents.

Le site internet, en plus de proposer un tas d’infos sur les enfants classées par âge, propose toute une série d’articles liés à l’actualité du coronavirus. Une mine d’informations pour les parents inquiets.

3 images
Le site internet de la RTBF regorge d’infos sur le coronavirus © one.be

Rappelons que tout parent d’enfants âgés de 0 à 6 ans peut faire appel aux professionnels de l’ONE entièrement gratuitement, et ce, même si aucun suivi n’a encore été entamé. Le plus simple pour entrer en contact avec une PEP’s est de se rendre sur le site internet de l’ONE, ou de contacter les administrations subrégionales qui pourront vous mettre en contact avec les PEP’s de votre secteur en fonction de l’adresse de votre domicile.