"Sans réponse européenne, cette crise sera pire que la Grande Dépression de 1929"

CQFD, Ce Qui Fait Débat, en mode grand entretien: 25 minutes quotidiennes avec un spécialiste, pour vous aider à mieux comprendre/vivre la crise du coronavirus, mais aussi pour vous permettre de poser toutes vos questions (via l'adresse mail cqfdrtbf@rtbf.be). Notre invité, ce mardi: Pierre Larrouturou, député européen social-démocrate et économiste.

Une énorme étincelle sur un baril de poudre

Sans réponse commune et forte pour faire face à l’impact économique de la crise du coronavirus, le sommet européen "virtuel" de jeudi dernier a surtout laissé réapparaître les profondes divergences existant entre Etats membres. Sans avancée concrète, les 27 ont chargé l'Eurogroupe de trouver une réponse aux demandes d'aide, d'ici deux semainesCe weekend, l'ancien président de la Commission européenne, Jacques Delors qui, à 94 ans ne s'exprime que très rarement, déclarait ceci à l'AFP: "Le climat qui semble régner entre les chefs d'État et de gouvernement et le manque de solidarité européenne fait courir un danger mortel à l’Union européenne".

Pierre Larrouturou ne dit pas autre chose. "Je pense qu'on va vers une crise catastrophique, si on ne réagit pas [...] On a rien réglé en 2008, on n'a pas changé de système, on a juste mis des rustines. On voyait déjà venir, il y a un an, une crise économique et financière plus grave qu'en 2008. Mais on n'avait pas vu venir ce virus, une énorme étincelle sur un baril de poudre [...] D'un point de vue sanitaire, nos dirigeants n'ont pas non plus été capables d'écouter les scientifiques qui criaient gare, malgré Ebola, malgré le SRAS".

Il y a des images qui marquent: des équipes médicales venues de Chine et même de Cuba, pour prêter main forte à l'Italie, dont le bilan a désormais passé les 12 000 décès. Pourquoi l'Italie n'a-t-elle pas pu compter sur l'Europe? "Ça a été le chacun pour soi et la panique, nous n'avons pas vu venir", concède l'eurodéputé qui ajoute que d'un point de vue économique, la situation peut tenir quelques semaines dans l'urgence mais qu'on arrivera très vite au bout des réponses nationales.

Plus de marge de manœuvre grâce à l'Europe

Un "New Green Deal" pour l'Europe?

Pierre Larrouturou est à la base du "Pacte Finance-Climat", un projet européen visant à mettre la finance au service du défi climatique, autour de différentes propositions: la réorientation de la capacité de création monétaire de la Banque Centrale Européenne (BCE) vers la transition énergétique, et non plus essentiellement vers le renflouement des banques [Environ 90% de ces montants vont vers la spéculation, selon les estimations, alors qu'ils pourraient mieux financer l'économie réelle, via notamment les énergies renouvelables. A la clef: quelques 5 millions d'emplois en Europe, soutient le Pacte Finance-Climat, Ndlr].

La création d'un impôt européen sur les bénéfices des entreprises, une taxe sur les transactions financières, l'annulation de baisses d'impôt accordées aux entreprises, ou le remplacement de la Banque Européenne d'Investissement par une Banque du Climat, font aussi partie du programme, résumé en 15 points sur le site du "Collectif Roosevelt". Alors cette crise du coronavirus va-t-elle forcer le changement de paradigme?

La BCE dispose de 240 milliards d'euros

"Il y a beaucoup de déni chez nos dirigeants, que ce soit concernant le dérèglement climatique ou la crise financière. Aujourd'hui, c'est le chaos ou la prise de conscience", affirme Pierre Larrouturou, qui ne souhaite pas plus d'Europe mais une Europe différente. 

"On est à un moment de vérité, déjà avant le coronavirus on voyait poindre la récession, maintenant c'est à un effondrement accéléré de l'économie qu'on s'expose si on est incapable de réagir. Il faut un plan Marshall", répète le député européen qui assure que la Banque Centrale Européenne peut lever 240 milliards d'euros pour répondre à cette crise.

 

CQFD, Ce Qui Fait Débat, en mode grand entretien: 25 minutes avec un spécialiste pour nous aider à mieux comprendre/vivre la crise du coronavirus. Chaque jour à 18h20 sur La Première et à 20h35 sur La Trois. L'entièreté de l'émission à revoir ci-dessous:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK