Sans rénovation, le plus grand club d'athlétisme de Wallonie sera en danger

Le club d'athlétisme de Wallonie cherche des financements pour rénover sa piste d'athlétisme et son éclairage autour du stade.
Le club d'athlétisme de Wallonie cherche des financements pour rénover sa piste d'athlétisme et son éclairage autour du stade. - © Th.B.

Le Royal Club d’Athlétisme du Brabant Wallon (CAWB), basé à Nivelles, possède plus de 1000 membres. Cela en fait le plus grand club d’athlétisme de Wallonie en termes de nombre d’adhérents. Malgré cette statistique positive et des résultats probants, le club se dit aujourd’hui "en danger". La cause ? Un manque de subsides pour entretenir les infrastructures du club.

Eclairages défaillants, buvette dans la cave des tribunes, piste abîmée et bosselée… la liste des travaux à réaliser est assez longue dans l’enceinte du CABW, dans le parc de la Dodaine. Actuellement, les infrastructures sont indignes d’un grand club ; a fortiori, il s’agit du plus grand club d’athlétisme de Wallonie. "On vit aujourd’hui comme des misérables, constate Noël Levêque, président du CAWB. Nos athlètes s’entraînent dans des conditions déplorables et risquent des blessures. Et je ne parle même pas de l’homologation de la piste qui pourrait poser problème, et nous empêcher l’an prochain d’organiser nos compétitions annuelles."

"Il manque des projets et des gens pour les porter"

Le Royal Club d’Athlétisme du Brabant Wallon dispose d’athlètes de renom. Certains brillent d’ailleurs sur la scène internationale, à l’image de la vice-championne d’Europe du 400 mètres en salle Cynthia Bolingo, ou d’Ismael Debjani, présent aux mondiaux de Doha sur 1500 mètres. "Nous ne sommes pas considérés à notre juste valeur, regrette Noël Levêque, qui espère aller chercher un financement de la région wallonne. La région offre des subsides, mais uniquement sur base de projet ; et notre malheur, c’est que personne, pour l’instant, n’en porte pour le CAWB. Je ne veux jeter l’opprobre sur personne, mais la situation devient urgente."

Le ministre wallon des infrastructures sportives, le MR Jean-Luc Crucke, vient de dégager une enveloppe de 5 millions d’euros pour développer les infrastructures sportives de la région, avec en point de mire les Jeux Olympiques de Paris de 2024. Peut-être une aubaine pour le club d’athlétisme de Wallonie. "Il est certain que c’est une bonne opportunité de remettre en ordre ce qui ne va pas chez nous."

Aujourd’hui, outre les travaux de rénovation, le club réclame la construction d’une salle d’entraînement indoor pour que les 300 jeunes de l’école d’athlétisme puissent s’entraîner correctement en hiver.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK