Salon de l'auto : la guerre des financements est lancée

Salon de l’auto : la guerre des financements est lancée
Salon de l’auto : la guerre des financements est lancée - © RTBF

A l'approche du salon, les banques proposent des taux historiquement bas pour les crédits automobiles. La plupart des grandes banques sont en-dessous de la barre des 1%, et certains concessionnaires proposent carrément des taux à 0%. Que choisir ?

En 2016, Beobank passait déjà sous la barre des 1% pour les crédits automobiles. Mais cette année, toutes les grandes banques proposent des taux très bas. "D’un côté, la courbe des taux est historiquement basse ce qui nous permet d’offrir des conditions avantageuses à nos clients. Et le salon de l’auto est l’un des événements importants de l’année pour lequel nous essayons de donner le meilleur taux", explique le directeur du département des paiements et crédits chez Belfius, Arnaud Delputz.

Les banques

Cette année, trois banques (Belfius, ING et KBC) proposent un taux plancher à 0,85%. Juste derrière, deux autres banques (BNP Paribas Fortis et Fintro) offrent un financement à partir de 0,90%, avec parfois la condition d’acheter une voiture écologique.

Qu’est-ce que le crédit ballon ?

A côté des banques, les concessionnaires proposent leurs propres offres, avec des taux qui peuvent atteindre 0%. Ces taux fonctionnent généralement avec ce que l'on appelle un "crédit-ballon" dont la dernière mensualité peut atteindre la moitié du prix du véhicule. Le porte-parole de Volkswagen, Jean-Marc Ponteville en explique le principe : "Il y a d’abord le paiement d’un acompte, suivi d’une série de mensualités, sachant que la dernière est plus élevée que les autres. Celle-ci permet, soit de racheter la voiture, soit de la restituer à ce prix garanti pour le client pour repartir sur un nouveau contrat ou sur une autre formule".

Le taux à 0% est-il le plus avantageux ?

Pas forcément. Selon Jean-Philippe Ducart, le porte-parole de Tests-Achats, ce taux peut cacher de mauvaises conditions : "Le O% pose questions parce qu’il peut parfois se révéler plus cher qu’un taux à 2% ou à 3%. Lorsque le concessionnaire propose un tel taux, il va peut-être laisser tomber une remise ou certaines réductions sur des options par exemple, ou encore faire une mauvaise proposition en termes de reprise de l’ancien véhicule".

Il est donc essentiel de prendre le temps de comparer les offres. Car certaines publicités alléchantes cachent des pièges comme l'obligation de s'engager pour d'autres produits, comme une assurance.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK