Salon de l'armement : les Belges en force !

RTBF
RTBF - © RTBF

Le salon international de l'armement se déroule, cette semaine à Paris. Il rassemblement le gratin mondial des armées. Les Belges et les Wallons sont présents en force, avec entre autres, Meccar, Thales, CMI. Présente aussi, la Fabrique nationale qui y remporte un joli succès. L'entreprise liégeoise présente en effet le Scar, le dernier né de sa gamme, un fusil d'assaut conçu pour l'armée américaine. Et tout le monde se presse pour le voir.....

C'est une première, et les visiteurs du salon international de l'armement ne s'y trompent guère. Ils se précipitent pour prendre en main et porter à l'oeil le "Scar", le dernier né de la Fabrique Nationale. C'est un fusil d'assaut conçu pour les unités spéciales de l'armée des Etats Unis. Il existe en deux calibres et même dans une version lance-grenades. Il a été produit, jusqu'ici, en Région wallonne, à quelques centaines d'exemplaires. Le ministère américain de la défense n'a plus modernisé l'arme de ses fantassins depuis quarante ans, et il pourrait donc passer commande de plusieurs dizaines de milliers de "Scar » seraient alors assemblés outre-atlantique. Les soldats du monde entier en rêvent déjà.... Pour l'entreprise herstalienne, c'est un enjeu majeur. Elle vient de publier ses comptes pour l'année écoulée. En bénéfice. Avec un chiffre d'affaires de plus d'un demi milliard. En hausse de12%. Mais, désormais, pour un tiers dans le civil, pour deux tiers dans le militaire, et c'est une tendance qui s'accentue, et qui a permis, l'an passé, une centaine d'embauches en région liégeoise...

Petits calibres, moyens canons, grosses polémiques ?  

C'est un excellent compromis entre la masse et la puissance de tir. C'est d'ailleurs par ces mots que la société Panhard présente son char léger de dix tonnes. Sa haute mobilité permet son usage dans des zones montagneuses ou désertiques, dans les pays du golfe ou dans les balkans. La particularité de ce véhicule, c'est qu'il est équipé de la tourelle de la firme CMI, elle aussi présente à Paris, et du fameux canon de nonante millimètres, que le ministre belge de la Défense vient de refuser.Au salon international de l'armement, ce choix stratégique provoque, à peine, quelques haussements d'épaule. L'entreprise sérésienne, qui fabrique également des calibres supérieurs, continue de croire en son produit. Elle affiche des références, notamment les notes obtenues lors d'essais par l'armée américaine. Son "nonante millimètres" a encore de beaux jours devant lui. Il est déjà sorti à plusieurs centaines d'exemplaires. A demi-mot, officieusement, il est question de contrat malais, et de contacts avancés avec plusieurs pays européens intéressés. De là à autoriser un commentaire politique des porte-parole de CMI sur les récentes décisions gouvernementales, c'est une autre histoire... 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK