"Sales nègres, vous puez!" : scène de "racisme ordinaire" à Waregem

La scène se passe dans un jardin de Waregem. Deux enfants, âgés de 10 et 13 ans, surprennent leur voisin en train d’uriner à travers la clôture qui sépare les deux propriétés.

"Ma petite sœur l’a interpellé, raconte Ismail, l’aîné de la fratrie qui n’a pas assisté à la scène. Elle lui a dit : “Ça ne se fait pas, ce n’est pas normal. Si vous devez uriner, allez le faire dans vos toilettes.” Le voisin a alors commencé à insulter mon frère et ma sœur, en lançant “Sales nègres, vous puez”. Ma sœur lui a répondu que nous, au moins, on faisait pipi dans nos toilettes, et pas dans le jardin de nos voisins."

Pendant que la jeune adolescente ne se laisse pas démonter par le voisin, l’autre enfant filme l’échange avec son smartphone. On entend clairement les insultes racistes : "Sales nègres, vous puez ! Rentrez dans votre pays ! 4 Belges sur 5 ne veulent plus de vous ici."

4 Belges sur 5 ne veulent plus de vous ici

Ismail n’est pas étonné par le comportement de son voisin, même s’il regrette qu’il s’en prenne à des enfants. "Il ne me dirait jamais ça à moi, par exemple, parce que je ne pense pas qu’il oserait dire ça à des adultes. On a essayé de parler avec lui, mais il n’ouvre jamais. Même quand on est sûr qu’il est chez lui, il n’ose pas ouvrir la porte."

La RTBF, de son côté, a également tenté d'entrer en contact avec cette personne, mais elle ne nous a pas répondu.

Provocations répétées

Ce n’est pas la première fois que la famille d’Ismail, d’origine marocaine, est ciblée par le voisin. "Quand on part en vacances en été, il jette plein de déchets dans notre jardin. Par exemple, des déchets provenant de ses arbres qu’il taille. Encore maintenant, quand il fume une cigarette, il jette ça chez nous. Il essaie toujours de nous provoquer, d’attirer l’attention."

Cette fois, Ismail a décidé de ne pas en rester là. "Mes parents et moi, nous n’aimons pas nous disputer avec les voisins. Il faut toujours essayer de bien s’entendre. Mais là, c’était exagéré, nous devions faire quelque chose."

La police a classé ça comme "simple dispute" et non racisme

Le jeune homme affirme avoir déposé plainte à la police. "Ils ont classé la plainte comme “simple dispute” et non racisme." Du coup, Ismail a écrit à Unia, le centre pour l’égalité des chances. Le directeur du Centre, Patrick Charlier, explique que les insultes orales sont dépénalisées en Belgique, depuis les années 2000, et dépendent donc de chaque commune. "Il s'agissait de mettre la priorité sur les sanctions administratives communales. Il faut voir si, à Waregem, de telles sanctions peuvent être prises.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK