Salah Abdeslam: le profil Facebook surveillé par les services n'était pas le bon

Salah Abdeslam sur Facebook avec un drapeau de l'EI avant les attentats de Paris
2 images
Salah Abdeslam sur Facebook avec un drapeau de l'EI avant les attentats de Paris - © DSK - AFP

L'OCAM, l'Organe de coordination et d'analyse de la menace surveillait bien un "profil" attribué à Salah Abdeslam où un drapeau de l'organisation terroriste État islamique était apparu en octobre 2015. Cette information avait été signalée en temps utile aux différents services mais il s'est avéré par la suite que ce profil n'appartenait pas à Salah Abdeslam. Cet élément n'est visiblement pas parvenu aux membres du Comité P, la police des polices, comité qui reprend l'information de départ dans son second rapport intermédiaire, sans l'avoir actualisée.

Un dossier judiciaire refermé, des indices non-étudiés

Les signaux n'ont donc pas manqué au cours de l'année 2015 mais l'évidence est là: jusqu'au bout les deux frères Abdeslam seront passés sous les écrans radars.

Après le classement sans suite du dossier judiciaire en juin 2015, les deux frères Abdeslam ont pu se déplacer à l'étranger sans plus être inquiétés. Un informateur de la police de Molenbeek les signale dès janvier 2015, et livre de bonnes informations notamment sur les liens avec Abaaoud, le cerveau de la cellule de Verviers.

Il n'y a plus personne pour s’intéresser alors aux nombreux véhicules que Salah Abdeslam loue pour se rendre à l'étranger, en Grèce puis en Autriche et en Hongrie, avec à son bord des passagers inquiétants. Des indices sont pourtant semés à chaque endroit où Salah Abdeslam passe ou fait étape, comme par exemple de nouveaux numéros de téléphone laissés aux loueurs des véhicules. Malheureusement, plus aucun policier n'est désormais là pour les récolter.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK