Salah Abdeslam et Amine Choukri inculpés pour participation à des assassinats terroristes

Salah Abdeslam était bien à Paris, il collabore avec les autorités
3 images
Salah Abdeslam était bien à Paris, il collabore avec les autorités - © Tous droits réservés

Salah Abdeslam, arrêté vendredi après-midi par les forces de l'ordre à Molenbeek, a admis sa présence à Paris le jour des attentats du 13 novembre. Son avocat Sven Mary affirme qu'il collabore avec la justice après avoir été présenté au juge d'instruction ce samedi.

Salah Abdeslam a été inculpé ce samedi après-midi de participation à des assassinats terroristes et participation aux activités d'un groupe terroriste. Il refuse par contre l'extradition. Le dossier devra être examiné en appel par la chambre des mises en accusation.

Un mandat d'arrêt européen décerné

Son avocat, Me Sven Mary était arrivé dans les locaux de la police judiciaire à Bruxelles à 12h30 samedi où la comparution a eu lieu. Il est ensuite revenu peu après 15h30. "Le mandat d'arrêt européen lui a été décerné", a confirmé Sven Mary à la presse. "Nous avons refusé sa remise à la France parce qu'il y a d'abord un dossier en Belgique qui doit être géré. Il doit s'expliquer et sa remise à la France pourra être suspendue en attendant le développement de l'enquête en Belgique."

Salah Abdeslam comparaîtra mercredi devant la chambre du conseil qui décidera de la prolongation de son mandat d'arrêt (belge). Concernant le mandat européen, l'inculpé devra à nouveau comparaître devant la chambre du conseil dans les 15 jours, a précisé son avocat.

Trois autres inculpations

Quatre autres personnes ont interpellées le vendredi 18 mars.

Le soi-disant Monir Ahmed Alaaj alias Amine Choukri a été inculpé de participation à des meurtres terroristes et participation aux activités d'un groupe terroriste.

L'homme était connu de la justice après avoir été contrôlé, aux côtés de Salah Abdeslam, le 3 octobre 2015 sur un parking autoroutier près de Ulm, en Allemagne. Ses empreintes avaient été relevées, ce qui a permis aux enquêteurs de l'identifier formellement vendredi.

Ses empreintes avaient également été retrouvées dans la maison d'Auvelais qui avait servi de cache aux terroristes. Parallèlement, un faux passeport syrien au nom de Monir Ahmed Alaaj ainsi qu'une fausse carte d'identité belge au nom d'Amine Choukri ont été découverts dans la maison perquisitionnée mardi à Forest. Ces deux identités seraient fausses et les empreintes de l'homme ne seraient répertoriées dans aucune banque de données au monde.

Les enquêteurs ignorent donc qui est réellement cet individu et son rôle exact dans les attentats de Paris.

Abid Aberkan, l'ami de Salah Abdeslam qui lui avait trouvé la planque de la rue des Quatre-Vents, a été inculpé de participation aux activités d'un groupe terroriste et recel de criminels. Djemila M. a été inculpé de recel de criminels mais pas privé de sa liberté et Sihane A. a été remise en liberté sans inculpation.

Incarcération sous un régime de sécurité particulier

Salah Abdeslam a quitté samedi vers 17h00 les locaux de la police judiciaire fédérale de Bruxelles en ambulance.

Le suspect terroriste sera plus que probablement soumis à un régime de sécurité "individuel et particulier" à la prison de Bruges où il est arrivé peu avant 18h30 en ambulance et escorté de deux voitures de police et d'un hélicoptère.

La prison de Bruges est le seul pénitencier en Belgique qui dispose d'un département avec un tel régime de sécurité, celui de Lantin étant momentanément fermé. Cette section a été créée en 2008. "Elle était initialement destinée à des détenus qui risquaient de prendre la fuite ou qui rencontraient des problèmes comportementaux dans la section ordinaire. Mais avec le développement des affaires terroristes, de tels dossiers sont également pris en considération", explique Kathleen Van De Vijver, la porte-parole de l'administration pénitentiaire.

Il ne règne aucune inquiétude au sujet de sa venue

Il va de soi que la section est hautement sécurisée: les cellules bénéficient de double portes, tout le mobilier est fixé au sol ou au mur à l'aide de boulons et est construit avec du matériel solide. La télévision se trouve quant à elle derrière du plexiglas. Par ailleurs, les objets de la cellule sont contrôlés quotidiennement pour éviter que le détenu ou une autre personne puisse se blesser.

Le personnel de sécurité qui travaille au sein de ce département est formé afin de pouvoir gérer les prisonniers dans ce régime particulier. "Un régime spécial par détenu est en vigueur, selon les spécificités du dossier", souligne Van De Vijver. Une équipe soignante est également responsable de l'accompagnement.

L'arrivée de Salah Abdeslam ne semble pas être un problème pour le personnel. "Il ne règne aucune inquiétude au sujet de sa venue, c'est notre boulot", indique à l'agence Belga Gino Hoppe de la CGSP Prisons. "Cela n'est autre que logique. Ce département est spécialement équipé."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK