Saint-Nicolas contrôle les passages à niveau

Le grand Saint était en gare de Jambes, ce matin, ou plutôt juste à côté, devant le passage à niveau de la rue Materne, au centre-ville. Ici les passants n’ont d’autres choix que de traverser les voies une fois les barrières levées. Pas de tunnel ni de passerelle, il faut attendre que le train soit passé pour poursuivre son chemin.

Pas de coup de bâton mais des amendes salées

A la veille de sa grande tournée, Saint-Nicolas distribuait des chocolats aux piétons et aux automobilistes les plus disciplinés. Les autres ont eu affaire aux agents de Sécurail. En moins d’une demi-heure, deux piétons s’engagent sur les voies alors que le feu est passé au rouge. Les agents interviennent : " ça arrive souvent surtout à proximité des écoles. Il n’y a pas le choix, quand on les prend en flagrant délit, il faut verbaliser ", explique Serge Damanet.

Notre travail c’est de faire de la prévention " ajoute Frédéric Sacré, le porte-parole d’Infrabel, " mais la justice peut imposer des amendes de plusieurs centaines d’euros. Même un piéton peut être condamné… à un retrait de permis ! "

Neuf morts en 2017

Avec 51 accidents recensés l’an dernier dont neuf mortels, les passages à niveau restent très dangereux. Le gestionnaire du réseau a d’ailleurs l’intention de supprimer la plupart d’entre eux. " Depuis 2005, 335 passages à niveau sur 2000 ont été rayés de la carte mais le nombre d’accidents ne baissent pas ", regrette Frédéric Sacré.  

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK