Saint-Nicolas 2.0 : les jouets high-tech sont-ils bons pour les enfants ?

Ce 6 décembre, comme chaque année, Saint-Nicolas gâte les enfants sages. Parmi les cadeaux qu’ils reçoivent, on trouve de nombreux jouets technologiques : livres interactifs, robots, smartphones pour enfants ou encore jouets en réalité augmentée, Saint-Nicolas est de plus en plus connecté.

Dans les allées d’un célèbre magasin de jouet à Gilly, les enfants semblent attirés en premiers par les objets technologiques. C’est ce que constate la responsable Véronique De Lepeleere : "Il y a par exemple ces jeux qui peuvent s’utiliser avec un smartphone, autant les petites filles que les petits garçons adorent ça."

Les enfants regardent, ébahis, une machine conteuse d’histoires et son projecteur d’images. Les parents, eux, sont partagés, "Je préfère les jouets éducatifs aux jouets technologiques", explique un papa. "Ça les rend un peu… Je n’ose pas dire le mot mais vous voyez ce que je veux dire", ajoute-t-il. Un peu plus loin une maman n’est pas du même avis : "Justement, il peut y avoir de la lecture ou l’apprentissage des mots. Ça peut être de tout."

"L’écran n’est pas nocif en soi"

Pour Bruno Humbeeck, psychopédagogue à l’UMons, les parents ont raison de réfléchir à la question, sans toutefois diaboliser ces jouets 2.0, "Si vous êtes excessivement devant des écrans, il y a un certain nombre d’effets sur la santé. Mais l’écran n’est pas nocif en soi, c’est l’excès qui pose problème", explique-t-il. Il met aussi en garde contre les discours alarmistes. Selon ce spécialiste, "les parents entendent que ça fabrique des crétins, etc. La réalité est beaucoup plus complexe qu’on ne l’imagine".

Pour cet expert, la meilleure chose à faire avec ces jeux d’un genre nouveau est de les utiliser comme des objets pédagogiques plutôt que comme des baby-sitters. "C’est la même chose avec un live, si vous demandez à l’enfant de raconter l’histoire, vous faites une vraie expérience pédagogique. Le constat est le même pour les jeux vidéo ou les jeux en réalité augmentée", conclut Bruno Humbeeck.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK