Ryanair: des pilotes "balancent", un directeur de l'aéroport de Charleroi rassure

Des pilotes dénoncent les conditions de sécurité
Des pilotes dénoncent les conditions de sécurité - © Archive AFP/ANNE-CHRISTINE POUJOULAT

Les pilotes de Ryanair volent avec moins de carburant qu'ils ne le souhaiteraient, ont alerté vendredi quatre pilotes, sous couvert d'anonymat. Mais David Gering, directeur commercial de l'aéroport de Charleroi et ancien de Ryanair, n'est pas inquiet.

Les pilotes de la compagnie aérienne low cost irlandaise ont fait part de leurs inquiétudes, lors de l'émission de télévision néerlandaise KRO Reporter. "J'espère qu'il ne faudra pas un crash pour réveiller tout le monde", a déclaré l'un d'eux. "On exerce une pression sur les pilotes pour utiliser moins de carburant, et donc épargner de l'argent à l'entreprise."

"Plus l'avion est lourd, plus il consomme, expliquait l'un d'eux. Donc plus il est léger, moins il coûtes. C'est simple. Et à la question de savoir si emporter moins de fuel a une conséquence directe sur la sécurité, la réponse est oui", expliquait l'un d'eux.

Cette pression conduirait d'ailleurs à des défauts de sécurité. "Nous repoussons constamment les limites", a regretté un pilote. "Cela affecte-t-il la sécurité? Oui, certainement", a complété un de ses collègues.

Une culture d'entreprise basée sur la peur

Les quatre pilotes interrogés à la télévision dénoncent "une culture de la peur profondément enracinée" au sein de l'entreprise. "Les pilotes sont punis s'ils expriment leurs préoccupations." Un ancien commandant de bord décrit d'ailleurs le style du management de Ryanair comme "un régime oppressif, une dictature".

La compagnie low-cost avait déjà été suspectée de mettre la pression sur ses pilotes en diminuant la quantité de carburant dans les avions. A la fin du mois de juillet, trois avions Ryanair avait été contraints à atterrir d'urgence à l'aéroport de Valence, en raison d'une manque imminent de carburant. Cet incident serait une conséquence directe de la politique rigide de Ryanair, selon les pilotes.

Des enquêtes souhaitées... mais pas lancées

L'European Cockpit Association (ECA) et l'association néerlandaise des pilotes (Nederlandse Vereniging van Verkeersvliegers - NVV) souhaitent une enquête approfondie sur les pratiques de la compagnie aérienne.Ouvrir une enquête sur Raynair en Belgique est-elle envisageable ? Théoriquement oui, bien entendu... mais dans les faits, personne ne l'a jamais demandée.

Pas d'incidents = pas de manque de sérieux

Le directeur commercial de l'aéroport de Charleroi (BSCA), David Gering a affirmé samedi que les récentes déclarations de pilotes de la compagnie low cost Ryanair ne l'inquiétaient pas. "La compagnie n'a jamais connu aucun incident majeur ni en Belgique ni en Europe", a indiqué David Gering. Cette absence d'incidents majeurs est pour le directeur commercial de BSCA un gage de sérieux.

David Gering a en outre rappelé que la compagnie Ryanair est cotée en bourse. "Si un accident devait survenir à la suite d'un manque de carburant, c'est tout son modèle économique qui s'effondrerait. Pour cette raison, la compagnie ne prendra pas de risques inconsidérés en matière de sécurité."

Pour avoir travaillé plusieurs années pour le compte de la compagnie irlandaise avant de passer à BSCA, David Gering a en outre indiqué que Ryanair malgré une volonté marquée de maîtrise de ses coûts ne transigeait jamais avec les règles de sécurité.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK