Les routiers en colère ont encore mené des actions ce lundi matin

La grogne des transporteurs routiers en colère contre la taxe kilométrique ne semble pas près de s'apaiser. De nombreuses actions, un peu partout en Wallonie risquent de créer des embarras de circulation sur le réseau routier. Pour l'instant, il s'agit presque exclusivement de barrages filtrants. La situation n'est pas catastrophique mais pourrait bien évoluer en cours de journée. Il y aurait actuellement 78 kilomètres de files sur le réseau.

Le ministre wallon du Budget, Christophe Lacroix (PS), a reçu des représentants des petits transporteurs routiers, qui s'opposent à l'entrée en vigueur de la taxe au kilomètre.

La réunion a débuté à 10h, au cabinet du ministre, en présence de ce dernier et de représentants des ministres des Travaux publics Maxime Prévot (cdH) et de l’Économie Jean-Claude Marcourt (PS). Elle était l'occasion pour quatre patrons de "petites" sociétés de transport d'exprimer leurs doléances et leurs propositions par rapport à cette taxe au kilomètre dont ils contestent les montants.

Le point province par province

Province du Brabant-Wallon

  • Barrages filtrants sur le R24 à hauteur de la rue de l'industrie et du carrefour de Thisnes (chaussée de Namur) - Le barrage installé dans le zoning de Nivelles-Sud avait été levé vers 8h00... pour être réinstallé partiellement un peu plus tard. La circulation reste donc perturbée (aucun camion ne peut rentrer dans le zoning).

Province de Luxembourg

  • Barrages filtrants sur la A4/E411 à hauteur de Habay (BK 165.0) dans les deux sens de circulation
  • Barrage filtrant sur la N4 à hauteur de Bastogne (BK 147.0) dans les 2 sens de circulation
  • Barrage filtrant sur la N87 à Etalle à hauteur du Truck-Center
  • Barrage filtrant sur la N40 à Habay à hauteur du poste de Police

Province de Hainaut

  • Barrages filtrants sur la A8/E429 à hauteur de l'échangeur de Froyenne dans les 2 sens de circulation. En direction de Bruxelles, la circulation est complètement à l'arrêt depuis le poste frontière de Lamain
  • Barrages filtrants sur la A8/E429 à hauteur de l'échangeur de Lessines (échangeur 29) - Seules les bretelles d'accès de de sortie sont concernées - Accès impossible vers le zoning de Ghislenghien.
  • Barrages filtrants dans l'échangeur de Marquain (A8#A17) - Les bretelles Courtrai > Lille et Bxl > Courtrai sont concernées.
  • Barrages filtrants chaussée de Tournai à Ramegnies-Chin sur la N50 à hauteur de l'Institut Saint-Luc.
  • Pour les usagers désirant se rendre vers la France (en provenance de Bruxelles), il est vivement conseillé d'emprunter la A16/E42 à hauteur de l'échangeur de Tournai-Kain
  • Evitez autant que possible la zone Tournai - Froyenne - Kain (A8 et A1)
  • Dans le zoning de Feluy
  • Sur la N53 à hauteur du rond-point de Gozée
  • Sur la N59 dans le rond-point de Lobbes
  • Sur la N559 dans le Zoning de Lobbes
  • Sur la route de Mons-Beaumont à Erquelinnes (rond-point) et Solre-sur-Sambre

Province de Namur

  • Barrages filtrants sur la N4 à hauteur de l'échangeur avec la N97 - Les poids lourds sont bloqués et les voitures peuvent passer via la b.a.u. ; des tracteurs sont venus marquer leur solidarité avec les camions
  • Barrages filtrants sur la E411 à hauteur de Spontin dans les deux sens de circulation: les premiers camions bloqués depuis dimanche soir à Spontin ont été libérés (les transporteurs qui ont installé le barrage ont l'intention d'en faire passer une dizaine toutes les demi-heures afin d'éviter de mettre les marchandises en péril). Pas encore de déblocage complet donc, mais des tensions quand même (des transporteurs hollandais, excédés, ont tenté de forcer le passage en empruntant la bande d'arrêt d'urgence, perturbant du même coup la progression des voitures et les obligeant parfois à rouler sur la pelouse). On note toujours 2 km de camions agglutinés dans un sens, et 4 km dans l'autre. La circulation sera donc bel et bien perturbée toute la journée.
  • Barrages filtrants sur la N63 à hauteur de Baillonville dans les deux sens de circulation.
  • Barrages filtrants sur la N5 à hauteur de Philipeville dans les deux sens de circulation.
  • Barrage filtrant dans la bretelle d'accès venant de la N97 en direction de Bruxelles (E411).


Pour les usagers désirant se rendre vers le Luxembourg, il est vivement conseillé d'emprunter la E42 vers Liège, puis la A27/E42

 

Tous les routiers ne cautionnent pas cette action

Fabrice Ausloos est transporteur indépendant. Il ne cautionne pas ces barrages ce matin, car les négociations sont toujours en cours avec les ministres wallons. Il participera tout à l’heure à la réunion avec les autorités:" Là, on pousse à l’annulation de ce boîtier OBU qui n’est pas conforme. Il n’y a aucune preuve qu’il est conforme. La localisation ne se passe vraiment pas et on demande des astreintes.Je veux absolument trouver des solutions. Je dois avoir l’appui des autres pays. Je parle de la France qui a annulé ce boîtier. On me dit " on ne peut pas annuler une loi. Désolé, on l’a déjà fait dans notre pays. C’est une priorité de l’emploi".

Camions bloqués aux frontières dès ce lundi soir 22 heures

En outre, le collectif de transporteurs routiers qui avait barré certaines routes vendredi annonce vouloir bloquer les camions entrant en Belgique à partir de lundi soir.

Les actions se traduiront par le blocage aux frontières des camions entrant dans le pays à partir de lundi à 22h. Les camions sortant ne seront pas ennuyés. Une bande de circulation sera libre afin de faciliter le passage des automobilistes, explique un communiqué diffusé dimanche soir.

"Conscient des problèmes de mobilité des citoyens que leur dernière manifestation a suscitée, le collectif de patrons et de chauffeurs salariés développera des actions moins pénalisantes contre la population tout en pénalisant les véritables responsables de ce chaos qui ne sont autres que les membres de la majorité gouvernementale", peut-on lire dans le communiqué.

Les routiers à l'origine de l'action estiment que la taxe kilométrique entrée en vigueur vendredi pour les poids lourds est une "catastrophe" pour les petites entreprises de transport. Le collectif entend mener des actions "au finish".

Ils revendiquent une taxe plus équitable qui puisse être payée par les petits transporteurs. Selon eux, ce n'est pas le cas actuellement, surtout dans un contexte de concurrence avec les transporteurs de l'Europe de l'Est. En clair, les manifestants demandent une réduction de 50% sur la taxe pour les entreprises de moins de 20 camions.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK