Rotterdam pourrait se doter de deux rues non-fumeurs

Rotterdam pourrait bien interdire de fumer dans deux rues, faisant de cet endroit le premier quartier aux Pays-Bas où la cigarette n'est pas la bienvenue. Trois établissements - le Centre Médical Érasme, l'école secondaire Erasmiaans Gymnasium et la Haute École de Rotterdam - veulent interdire la cigarette dans le voisinage.

"Nous avons des problèmes avec les mégots de cigarettes qui traînent et nous pensons à la santé des 30.000 étudiants, élèves, patients et employés qui sont ici tous les jours", raconte Ahmet Olgun de la Haute École spécialisée de Rotterdam.

"Nous pouvons limiter l'usage du tabac dans nos propres zones, mais nous avons besoin de soutien pour les règles et leur application dans les lieux publics", explique Ahmet Olgun. "Même si nous pensons qu'il suffit de s'y habituer. Autrefois, il était permis de fumer dans de nombreux lieux de travail, mais aujourd'hui, plus personne n'y pense. L'interdiction de fumer est la nouvelle norme."

La cigarette en voie de disparition dans les lieux publics néerlandais

Les trois institutions s'unissent donc pour mettre en place une vaste zone de non-fumée, contraignant les patients, étudiants et le personnel à s'éloigner un peu pour aller fumer. Ils ont adressé une lettre au maire de Rotterdam Ahmed Aboutaleb. La municipalité s'est montré très favorable à la demande, mais n'a pas encore donné son aval.

"Rotterdam est à l'avant-garde des mesures anti-tabac. Nous avons déjà demandé des conseils au gouvernement sur la manière dont nous pouvons intégrer une interdiction de fumer dans les lieux publics", explique Kees van Veldhuizen, responsable des politiques.

Seules les villes d'Amstelveen et Groningen ont déjà interdit de fumer dans un lieu public, mais aucune d'entre elles n'a appliqué cette interdiction pour une rue entière, bien que Groningen vise, à terme, l'interdiction totale de fumer en public. L'hôpital et les écoles veulent faire en sorte que le quartier soit sans fumée le plus rapidement possible, mais attendent la décision de la municipalité.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK