Roms: quand la crise accroît la discrimination

Des personnes de la communauté Rom installées dans un entrepôt désaffecté de Marseille  après leur expulsion du quartier des Créneaux
Des personnes de la communauté Rom installées dans un entrepôt désaffecté de Marseille après leur expulsion du quartier des Créneaux - © AFP /BORIS HORVAT

Avec la crise, la minorité Rom est encore plus victime de discrimination, de marginalisation et de violences. Et cela pourrait s'aggraver en 2014 avec des lois sur l'immigration plus souples en Europe, a estimé le président du Conseil de l'Europe, le Norvégien Thorbjoern Jagland, dans une interview avec l'AFP.

"La situation des minorités en Europe est davantage sous pression, les tensions sont réellement en train d'augmenter", a-t-il dit, soulignant que les pays ne semblent pas prêts à y faire face. Thorbjoem Jagland est à Genève pour s'adresser mardi sur ce sujet au Conseil des Droits de l'Homme des Nations Unies au nom du Conseil de l'Europe. "Quand les temps sont durs, ce sont les minorités qui souffrent le plus des difficultés économiques, elles sont souvent victimes d'attaques, accusées des problèmes affectant les pays", a déclaré M. Jagland.

Près de deux millions de Roms en Roumanie

La minorité rom la plus importante est en Roumanie, avec 620 000 personnes selon un dernier recensement officiel. Les ONG avancent plutôt une population supérieure à 2 millions et près de 700 000 en Bulgarie.

Thorbjoem Jagland s'attend à ce que le mouvement migratoire s'amplifie avec les règles d'immigration qui seront assouplies en Europe à partir de janvier 2014.

"Il faut mettre en garde les pays européens sur ce qui les attend", a-t-il dit, estimant que "la situation des roms peut devenir très difficile en Europe", en référence aux tensions ethniques dans des villes en Allemagne et en France, où 12 000 Roms ont été évacués l'année dernière de campements de fortune.

Un appel aux Roms à s’organiser politiquement

Cette  situation est illustrée par la sortie, il y a deux mois de l’ambassadeur américain en Roumanie Mark Gitenstein, appelant les Roms de Roumanie à s'organiser politiquement. Faisant le lien avec la situation des noirs aux Etats-Unis, il a expliqué que ce serait là le seul moyen de mettre fin aux discriminations dont les Roms sont les victimes. Cette prise de position correspondait à la fin de mandat du diplomate en Roumanie.

France : démantèlement  et école ghetto

En novembre, une vingtaine d'enfants Roms en âge de scolarité (6 à 12 ans) avaient été rassemblés dans une «classe» unique aménagée dans les locaux d’un commissariat de police. Le maire de la commune de Saint-Fons, en banlieue lyonnaise, avait provoqué l'indignation des associations contre ce qui leur apparaissaient comme une mise en quarantaine des enfants. Mais pratiquement à la même époque, un sondage Ifop révélait que 83% des Français se déclaraient favorables au démantèlement des camps illégaux de Roms. Interrogé sur une éventuelle amélioration de la situation des roms en France depuis l'arrivée au pouvoir du président François Hollande, Thorbjoem Jagland a estimé "n'en voir aucun signe". Les autorités nationales et locales "doivent se préparer, elles doivent contrer toutes les formes de racisme et de violence", selon Thorbjoem Jagland. Il s'étonne que des fonds prévus pour aider les minorités par l'Union européenne ne soient pas utilisés, "probablement parce que ce n'est pas populaire de s'occuper des Roms".  La preuve  avec la Hongrie où, en janvier, l’un des fondateurs du  parti hongrois Fidesz (celui du Premier ministre Viktor Orban), a appelé à "éliminer les animaux tziganes".

L'Espagne est un exemple de pays qui a réussi à intégrer les Roms, "reçus comme des citoyens normaux, avec leurs enfants scolarisés, une implication dans la vie culturelle" a indiqué Thorbjoem Jagland. Mais Ce n'est pas le cas dans de nombreux pays, constate le président du Conseil de l'Europe.

Un Rom récompensé à la Berlinale 2013

De même, la 63ème Berlinale qui s’est terminée voici deux semaine a récompensé  d’un ours d'argent du meilleur interprète un Rom de Bosnie jouant son propre rôle. Le film sur les Roms "An episode in the life of an iron picker" du Bosnien Danis Tanovic a également été récompensé par le Grand prix du jury. Nazif Mujic, vétéran de la guerre de Bosnie estime que la pauvreté et la discrimination rampante visant les Roms en Bosnie a failli transformer leur vie en tragédie. "Nous ne pouvons changer la couleur de notre peau, nous sommes roms. Je suis honnête, je vis ma vie, je ne vole pas et je n'ai jamais eu honte de qui je suis, d'être rom", a-t-il dit, après une projection chaleureusement accueillie.

RTBF avec les Agences

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK