Roms et Juifs commémorent la persécution nazie

C'est la première invitation de ce genre envers des personnes non-juives, qui, elles aussi, ont été persécutées par les nazis. Dans les premiers rangs de la cérémonie, au beau milieu de personnalités de la communauté juive, deux hommes: des représentants du Conseil Rom, Sinti et Gens du voyage.

"J’ai été très touché par cette cérémonie", explique Marius Orsou, président du conseil. "A partir d’aujourd’hui, je vais y participer chaque année. Et j’espère que les Roms vont y participer aussi à l’avenir, parce que cela fait partie de notre culture".

"Nous avons une histoire commune avec les juifs", ajoute Florian Nika, membre du conseil. "Nos ancêtres ont été exterminés. Quelques-uns ont survécu, voilà la population aujourd’hui. Et nous avons voulu apporter notre soutien moral".

On connait très mal les ravages du nazisme sur les populations roms; difficile de dire précisément combien d'entre eux ont été exterminés. Il faut dire que la culture rom repose en partie sur la tradition orale, et il existe peu de témoignages écrits de cette période. Florian Nika précise: "En Belgique, malheureusement, on n’a pas eu de témoignages écrits. Ce qu’on a, ce sont les témoignages de ce que le grand-père a dit à son petit-fils, le petit-fils l’a dit à son neveu… C’est à cause de cela qu’il n’y a pas eu de témoignages écrits et aussi qu’il n’y a pas eu beaucoup de survivants".

J. Audouard

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK