Rien ne va plus dans les syndicats étudiants

Rien ne va plus dans les syndicats étudiants
Rien ne va plus dans les syndicats étudiants - © Tous droits réservés

Du côté francophone, il y a normalement deux syndicats étudiants, la FEF et l’Unecof. Mais ça, c’est du passé. L’Union des étudiants de la Communauté française vient de mettre la clé sous le paillasson.

Depuis plusieurs mois, le syndicat ne répond plus aux critères lui permettant d’être reconnu et financé comme une organisation représentative des étudiants. L’Unecof devait fédérer au moins 15% des étudiants dans les universités, dans les hautes écoles et dans les écoles supérieures des arts. Mais force est de constater que l’Unecof est sous-représentée. "On se retrouve face à des difficultés de relayer l'avis des étudiants et nous demandons à d'autres organisations de jeunesse de réfléchir à d'autres modèles plus représentatifs de cette jeunesse estudiantine", confie Morgane Justens, présidente de l'Unecof.    

Conséquence de cette disparition dans le paysage étudiant : la FEF sera donc le seul syndicat étudiant.

Désaccords à la FEF

A la Fédération des étudiants francophones, c’est l’heure des grands changements. Outre le coordinateur qui preste son préavis, le président et le secrétaire général vont se retirer. "Il y a des tensions au sein du bureau. On me reproche de ne pas avoir été assez proche de l’équipe et de ne pas avoir assez veillé à l’équilibre interne. Il est clair que je me suis plus consacré aux relations avec la presse et le monde politique", explique Maxime Michiels, président de la FEF.

D’après certains membres, la situation est apaisée mais une transformation est nécessaire. A ce stade, il n’y a pas encore de remplaçants désignés pour ces postes. Une concertation interne est en cours.

Le président nous l’assure :  Ce n’est pas pour me présenter aux élections que je décide de faire un pas de côté en quittant la FEF".    

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK