Rétrospective Leonard Freed au Musée Juif de Belgique: 160 photographies nous racontent "le désordre du monde"

Rétrospective Léonard Freed au Musée Juif de Belgique. 160 photographies nous racontent " le désordre du monde "
3 images
Rétrospective Léonard Freed au Musée Juif de Belgique. 160 photographies nous racontent " le désordre du monde " - © Leonard Freed - Leonard Freed / Magnum Photos

Le Musée Juif de Belgique propose une rétrospective de Leonard Freed, photographe juif américain qui a "couvert" 50 ans d'actualités entre 1954 et 2000. Ses clichés témoignent des drames et faits marquants de la deuxième partie du XXe siècle. 

Leonard Freed naît à New-York en 1929. Son père, d’origine biélorusse est charpentier. Leonard Freed veut devenir artiste, mais au cours d’un long voyage en Europe, à la fin de la Deuxième Guerre mondiale, il décide de devenir photographe. Pour capter les désordres du monde. Dès 1954, il se mêle aux mouvements des droits civiques aux États-Unis. Il est présent lors du discours de Martin Luther King. Il suit de près le conflit israélo-palestinien, et la guerre des Six Jours. Muni de son Leica qui ne le quitte jamais, il shoote, photographie, sans arrêt. Le mouvement hippie, les féministes, l’Allemagne à l’heure de la Guerre Froide, la révolution en Roumanie en 1989. Il est infatigable.

Un photographe engagé sensible à la beauté du monde

Bruno Benvindo commissaire de l'exposition: "Parmi les 170 photos présentées au Musée Juif on se rend compte que c'est un photographe engagé, qui fait partie de cette génération de "photographes Magnum" qui ne veulent pas seulement enregistrer le monde mais également contribuer à le changer. Ce qui ne l'empêche pas d'avoir toujours un œil pour l'éphémère des choses, pour les petits moments de grâce, pour le sourire, la joie. Il nous montre la colère, la souffrance des individus, mais également la joie de vivre. Un monde où finalement chacun peut y trouver sa place."

Rétrospective Leonard Freed au Musée Juif de Belgique, à découvrir ce week-end. Une exposition à voir jusqu’au 17 mars prochain. 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK