Restrictions de voyage : comment s'échapper pour respirer malgré tout ?

Evadez-vous ! Ou comment voyager depuis votre canapé en pleine pandémie
3 images
Evadez-vous ! Ou comment voyager depuis votre canapé en pleine pandémie - © Pierre-Yves Babelon - Getty Images

A l’heure où on parle de restreindre les voyages et de fermer les frontières, il est toujours possible d’ouvrir une fenêtre sur le monde, pour respirer à pleins poumons. La crise sanitaire a poussé le secteur touristique à être créatif, pour vous permettre de continuer à voyager, à découvrir, à apprendre et à échanger, depuis votre canapé. Suivez-le guide !

Un Safari en direct, comme si vous y étiez

Un safari en Afrique du Sud, ça vous tente ? Embarquez dans une jeep, roulez dans la savane, le ranger vous emmène voir des lions, des hyènes, des crocodiles ou des éléphants. C’est un safari filmé depuis l’arrière de la jeep, et retransmis en direct, en temps réel. Le ranger improvise évidemment en fonction du comportement des animaux, comme dans un vrai safari. L’expérience est immersive et interactive : vous pouvez poser vos questions sur les réseaux sociaux. Vous pouvez participer à deux expéditions par jour, pendant 3 jours (ou juste passer voir entre deux mails…)

Une fenêtre sur le monde

Vous pouvez aussi laisser le hasard faire les choses, le laisser choisir la fenêtre qu’il ouvre pour vous. Similaire au groupe Facebook à succès “View from my window” dans lequel des citoyens du monde entier postent des photos de la vue de leur fenêtre, le site WindowSwap propose la même chose, mais en vidéo, avec le son d’ambiance en plus.

Une fenêtre s’ouvre, sur la neige dans le Minnesota, sur les toits de Florence, sur une pluie diluvienne dans le fin fond de l’Inde, ou sur une rue de Tashkent en Ouzbékistan, avec des chants d’oiseaux, des bruits de cuisine, de trafic, ou des craquements de plancher. Il suffit d’appuyer sur le bouton “Open a new window somewhere in the world” (“ouvrez une nouvelle fenêtre dans le monde”) pour être téléporté d’un endroit à l’autre de la planète. Nous, on s’est arrêté en Finlande, avec vue sur un lac. Attention, si l’on en croit les commentaires sur Instagram, ça peut vite devenir addictif.

Des visites guidées qui rassemblent

Les guides ont dû se renouveler aussi. Que ce soit à Paris, ou à Londres par exemple, ils proposent des tours en ligne depuis le premier confinement. Ceux-ci s’apparentent plus à des conférences, illustrées par des photos, et “situées” grâce à des plans. Mark Rowland, le président de Footprints of London souligne qu’ils sont très populaires, nous renvoyant aux commentaires sur Tripadvisor, et c’est vrai que les critiques sont dithyrambiques. Les guides londoniens comptent continuer ces visites en ligne, même après le confinement car ça leur permet “d’atteindre plus de personnes dans [leur] pays et partout dans le monde, y compris des personnes qui n’ont pas la forme physique pour se balader.”

Elisa Jéhanno, guide à Paris, propose des visites du Louvre, de Versailles ou encore de l’Opéra Garnier : “les retours sont très positifs, ça permet aux gens de s’évader, de penser à autre chose. J’ai eu plusieurs visites organisées pour un anniversaire, avec des participants d’une même famille dont, par exemple, l’un était à Paris, l’autre en province, et encore un autre en Allemagne. Ça leur a permis de faire une activité ensemble alors qu’ils étaient confinés chacun chez eux.

Le site Tours by locals propose aussi “163 tours virtuels dans 30 pays différents” comme nous le précise Lisa Zielinsku dans un mail. Certains se différencient des vidéoconférences, en proposant une vraie balade in situ, en direct. Aaron vous emmène au sommet du Machu Picchu ou dans les rues de Lima, Michael vous fait déambuler dans les rues de Dubrovnik tandis que Stefka Waaijer vous emmène à vélo ou à pied à la découverte de sa petite ville de Bois-Le-Duc (S’Hertogenbosch ou Den Bosch) et de la ville voisine de Heusden, aux Pays-Bas.

D’habitude je fais découvrir Amsterdam, mais là comme je n’avais plus beaucoup de moyens, j’ai arrêté l’assurance de ma voiture, et donc je suis partie à la découverte de ma propre ville. Et je me suis rendu compte qu’il y avait plein de choses à montrer !” La balade est interactive, les “voyageurs sur canapé” peuvent poser leurs questions (voir la vidéo ci-dessous – en néerlandais), et il arrive que Stefka interagisse avec des locaux. Elle a déjà eu des clients brésiliens, anglais, allemands, ou des Américains qui avaient des racines hollandaises.

Survoler la Suisse

La Suisse propose aussi une chouette expérience en ligne. Une caméra subjective, en mouvement, vous donne l’impression de survoler ce pays grandiose, à travers toutes les saisons. Une carte en bas de l’écran vous indique où vous êtes, tandis qu’un calendrier vous indique le mois. Vous pouvez cliquer à certains endroits pour avoir plus d’informations sur le lieu visité, ou sur une thématique (les randonnées sur des ponts suspendus, par exemple). En janvier, vous pouvez faire un schuss à Laax qui donne le vertige !

La Tour Eiffel, Bruges, et l’impossible

La Tour Eiffel propose aussi de prendre un peu de hauteur. A chaque étage, vous bénéficiez d’explications spécifiques sur la Tour, et au 2e étage et au sommet, vous pouvez également jouir du panorama à 360 degrés ainsi que d’explications sur la vue qui s’offre à vous.

Dans le même esprit, et plus près de chez nous (vous pouvez toujours vous rendre sur place !), Bruges se visite aussi en ligne. A partir d’une vue panoramique vous pouvez plonger dans des lieux d’intérêt, et vous retrouver dans telle ou telle rue avec un confort d’utilisation beaucoup plus grand que sur Google Street View, et les explications en plus.

Et pourquoi ne pas en profiter pour faire ce qui n’est pas possible dans la réalité ? Google Arts and Culture vous propose un tour du monde du street art, une déambulation dans les plus belles bibliothèques de la planète, ou une visite d’expositions déjà fermées (dont “The Floating Piers”, des pontons orange vif, de Christo et Jeanne Claude au lac d’Iseo, en Italie). Nombre de musées sont évidemment aussi accessibles en ligne.

 

Une autre façon, toute simple, de voyager, c’est aussi de s’abonner aux comptes de certains lieux sur les réseaux sociaux, comme Visit Amsterdam par exemple. Ou Paris Je t’aime. Le compte de l’office du tourisme de Paris a ainsi gagné 55.000 nouveaux abonnés depuis le premier confinement et a, certaines semaines, multiplié par 3 son nombre total de vues. Signe que l’envie de voyager est là, et qu’en attendant de pouvoir le faire dans la vie réelle, tous les moyens sont bons pour s’évader ne fût-ce qu’un instant.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK