Rentrée: les trucs pour reprendre sans stress et prévenir le burnout

Moins de concentration, le travail au ralenti, une humeur fluctuante, un sommeil médiocre... Le stress frappe souvent à la rentrée, mais pour David Vandenbosch, ce n'est pas une fatalité. Cette rentrée, il faut l'anticiper et y venir avec douceur.

Avant tout, il conseille au travailleur "de se ménager quelques jours avec des objectifs précis mais pas trop nombreux": retourner au travail "avec l'objectif d'être à 120%" n'est pas toujours le meilleur moyen d'être efficace, explique-t-il.

Les temps de pause aussi sont importants: "On voit parfois cette image de la machine à café près de laquelle on discute avec les collègues: c'est un moment important", dit-il en suggérant de les retrouver calmement, de prendre le temps de discuter avec eux, et même "de téléphoner un ou deux jours à l'avance à ceux qui sont déjà sur place pour savoir comment se passent les choses", ce qui permet selon lui de se préparer "de façon factuelle plutôt que dans l'anxiété".

David Vandenbosch conseille donc d'opérer une transition pas trop brutale: "Ce qui est important, dit-il, c'est de pouvoir s'octroyer encore des moments de plaisir dans les premiers jours pour faire la jonction entre le rythme fortement ralenti des vacances avec un rythme plus rapide".

Le spécialiste dans la gestion du stress et la prévention du burnout conseille enfin de "maintenir ses bonnes résolutions", comme l'activité sportive souvent développée pendant les vacances. Mais attention, "pas à un niveau trop élevé", précise-t-il: "Il ne faut pas commencer une activité qui va prendre trop de temps, qui risque d'accélérer l'effet de la rentrée en accroissant la pression du temps".

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK