Rentrée scolaire : une classe fermera s’il y a deux cas positifs au coronavirus

A quelques jours d’une rentrée pas comme les autres, on en sait enfin plus sur la façon dont les écoles maternelles, primaires et secondaires vont pouvoir rentrer. Les protocoles ont été présentés ce jeudi par les ministres de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Bénédicte Linard (Ecolo) pour la maternelle et Caroline Désir (PS) pour les primaires et secondaires.

Un document détaillé de 10 pages

Le protocole pour la rentrée a été actualisé en tenant compte des données scientifiques actuelles selon lesquelles "les enfants sont moins gravement malades et qu’ils ne sont pas les principaux transmetteurs du virus." Moins de 5% des cas en Europe concerne les enfants, jusque 18 ans. "Lorsqu'un diagnostic de COVID-19 est posé, les enfants sont beaucoup moins susceptibles d'être hospitalisés que les adultes, et les décès dus au COVID-19 chez les moins 18ans restent extrêmement rares. Les mêmes observations sont faites en Belgique."

La priorité, c’est la présence des enfants à l’école, quel que soit le niveau. Il y a donc du changement par rapport à juin où la présence d’un cas de contamination entraînait la fermeture immédiate de la classe. A partir de la rentrée, pour ce qui concerne les maternelles et les primaires :

  • un cas positif, enfant ou personnel enseignant, est mis en quatorzaine. On analyse la situation des "cas contacts à haut risque" (les personnes n’ayant pas respecté le 1,5 m de distance) : ceux-ci ne sont pas écartés, mais l’apparition de symptômes est surveillée. Si les symptômes apparaissent, les cas contacts sont invités à consulter un médecin et se mettre en quatorzaine.

►►► Garderies, masques, bulle sociale : toutes les questions que vous vous posez sur la rentrée scolaire au temps du coronavirus


En secondaire, c’était légèrement différent :

  • un cas positif, enfant ou personnel enseignant, est mis en quatorzaine. Les "cas contacts à haut risque" sont immédiatement mis en quatorzaine et testés.

Quelques exceptions : les frères et sœurs du cas positif seront écartés d’office. Si un enseignant est positif, les cours continueront (avec un autre enseignant) en primaire et secondaire uniquement. La classe maternelle concernée sera fermée. Enfin, si deux cas positifs devaient apparaître dans la même classe, celle-ci est fermée.

L’objectif est d’assurer une continuité pédagogique, ce qui n’avait pas toujours pu être le cas en juin dernier.

Que se passe-t-il en cas de suspicion ? 

Le protocole diffère selon maternelle, primaire et secondaire. 

Maternelle : 

Lorsqu'il y a un suspicion, qu'un "cas possible" apparait, un médecin doit évaluer la nécessité ou non de réaliser un test : 

  • Pas de test ? L'enfant revient à l'école, pas de quatorzaine
  • Un test négatif ? L'enfant est autorisé à revenir, "sur base de l'évolution de son état de santé, déterminé par le médecin" détaille le protocole
  • Un test positif ? L'enfant est isolé à la maison et peut revenir 7 jours après l'apparition des symptômes, s'il n'a pas de fièvre les 3 derniers jours "et qu’il y a amélioration significative des symptômes."

Primaire : 

Lorsqu'il y a un suspicion, les parents entrent en contact avec le médecin traitant. Un test doit être effectué. En attendant le résultat, l'élève reste à la maison. 

  • Le test est négatif ? L'élève "peut revenir à l'école sur base de l'évolution de son état de santé, déterminé par son médecin." Pas de quarantaine.

  • Le test est positif ? Comme pour la maternelle, l'élève est isolé à la maison et peut revenir 7 jours après l'apparition des symptômes, s'il n'a pas de fièvre les 3 derniers jours "et qu’il y a amélioration significative des symptômes."

Secondaire : 

Lorsqu'il y a un suspicion, les parents entrent en contact avec le médecin traitant. Un test doit être effectué. En attendant le résultat, l'élève reste à la maison. 

  • Le test est négatif ? L'élève "peut revenir à l'école sur base de l'évolution de son état de santé, déterminé par son médecin." Pas de quarantaine. Sauf si l'élève en question est un contact "étroit" d'un cas confirmé. Dans ce cas de figure, quarantaine de 14 jours "après le contact à haut risque avec le cas confirmé OU 14 jours après que le membre de la famille infecté ait été autorisé à mettre fin à l’isolement à domicile. Un deuxième test est possible, permettant peut-être une quarantaine plus courte. Ceci est du ressort du médecin traitant" précise le document.

  • Le test est positif ? Comme pour la maternelle, l'élève est isolé à la maison et peut revenir 7 jours après l'apparition des symptômes, s'il n'a pas de fièvre les 3 derniers jours "et qu’il y a amélioration significative des symptômes."

 

Les conséquences pour les classes

Si un cas COVID-19 est avéré dans une classe maternelle ou primaire, les élèves de celle-ci sont considérés comme. des "contacts à bas risque". Pas de test, ni de quarantaire pour les enfants et l'enseignant. Mais les parents doivent être prévenus. Il est demandé de surveiller l'apparition éventuelle de symptômes pendant les deux semaines qui suivent. Les activités de la classe ne changent pas. 

C'est plus compliqué pour l'enseignement secondaire. Si la distanciation sociale a bien été respectée, élèves et enseignant sont considérés comme "contacts à bas risques". Si la distance physique (>à 1,5m) a bien été respectée, les autres élèves de la classe, l’enseignant et les autres classes sont contacts à bas risque. Pas de test, ni de quarantaire pour les enfants et l'enseignant. Mais les parents doivent être prévenus. Il est demandé de surveiller l'apparition éventuelle de symptômes pendant les deux semaines qui suivent. Les activités de la classe ne changent pas. 

Si la distanciation sociale n'a pas pu être respectée, pendant minimum 15 minutes, élèves et enseignant sont considérés comme "contacts à haut risques". Ils doivent tous être testés. En cas de résultat négatif, le retour à l'école est autorisé. En cas de test positif, le retour peut se faire 7 jours après l'apparition des symptômes, sans fièvre depuis 3 jours et s'il y a amélioration significative des symptômes. 

Retour de zone rouge ? Test et quarantaine !

La ministre de l'Education Caroline Désir (PS) a insisté jeudi pour que tous les enfants qui rentrent actuellement au pays après des vacances en zones rouges ne réintègrent leur école qu'après s'être soumis à un test et observé une quarantaine, a-t-elle précisé lors d'une conférence de presse, corrigeant quelque peu ses propos de la veille à ce sujet.

Comme les adultes, les enfants revenant de zones rouges doivent obligatoirement se faire tester. Dans l'attente de leur résultat, ils doivent rester impérativement à l'isolement. Si le résultat de ce test est négatif, ils devront néanmoins encore rester en quarantaine dans l'attente des résultats à réaliser au moins cinq jours après le premier, et au moins neuf jours après leur retour au pays. Si ce second test est aussi négatif, ils pourront alors lever leur quarantaine et retrouver le chemin de leur école. S'il est positif, ils devront bien sûr rester chez eux encore 7 jours au moins et suivre les consignes de leur médecin.

2 images
© RTBF
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK