René avant Magritte

RTBF
RTBF - © RTBF

Lors de l'interview de 1965, René Magritte raconte trois souvenirs d'enfance qui ont pu marquer sa peinture et ce sont en soi des images que l'on peut retrouver très facilement dans ses tableaux.

Une caisse à côté de son berceau, la chute d'un ballon captif sur le toit de sa maison et ses jeux "interdits" avec une petite fille dans un cimetière désaffecté où il rencontre un peintre en plein travail.

Magritte n'en dira pas plus sur sa jeunesse, mais revient longuement sur  l'enseignement de la "grammaire" du peintre: apprendre le dessin, l'anatomie, les perspectives, sont indispensable à l'artiste.

Après cette démonstration presque scolaire, ses souvenirs d'armée le montrent moins discipliné : il avoue avoir mis à profit ses talents de peintre pour échapper aux corvées de soldat, en soudoyant les officiers grâce aux portraits qu'il leur offre.

Georgette Magritte racontera à Christian Bussy, leurs retrouvailles au Jardin Botanique à Bruxelles : ils s'étaient déjà rencontrés à la foire de Charleroi, alors qu'elle n'avait que 12 ans. Il l'épousera en 1922, et elle l'accompagnera jusqu'à la fin, épouse, modèle et complice dans sa carrière d'artiste.

Mais Georgette ne dira pas grand-chose des années difficiles, les années de "vache enragée", qu'elle décrit sobrement, préférant rebondir sur le démarrage de la carrière du peintre, et ses premiers succès.

(F. Brumagne)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK