Rendez-vous obligatoire, oui, masque FFP2, pas nécessairement: voici les conditions provisoirement retenues pour la réouverture des coiffeurs

On le sait depuis ce vendredi : une date a été évoquée pour envisager la réouverture du secteur des métiers de contact non médical, parmi lesquels les coiffeurs et les esthéticiennes par exemple. Le comité de concertation se réunira à nouveau le 5 février, pour faire un point sur les chiffres de contaminations au covid-19. Sur la base de cette réunion sera décidé, ou non, de rouvrir les établissements à partir du 13 février.

Concernant les conditions de réouverture en revanche, de nombreuses informations ont circulé, plus ou moins exactes, comme l’obligation pour les professionnels de porter un masque FFP2, ou le fait de devoir se faire tester une fois par semaine.

Le rapport du comité de concertation est pourtant clair : il ne s’agit pas de règles obligatoires. En effet, les autorités estiment que ce ne serait pas équitable vis-à-vis des métiers de contact du secteur médical, pour lesquelles cette mesure n’est pas appliquée. 

Salles d’attente fermées

En revanche, des règles précises ont été édictées concernant la réouverture des salons. Premièrement, il faudra afficher plusieurs éléments à l’entrée du commerce : les coordonnées du responsable covid-19 et le nombre de personnes autorisées dans la salle (avec pour base, la règle d’un client tous les 10 m²).


►►► À lire aussi : Comité de concertation : les coiffeurs et les esthéticiennes réclament des éclaircissements


Deuxièmement, toutes les consultations et services devront se faire sur rendez-vous. Entre deux rendez-vous, il faudra prévoir dix minutes pour nettoyer et désinfecter la salle.

Les clients devront attendre leur tour à l’extérieur de l’établissement, car les salles d’attente resteront fermées. Le Comité de concertation précise également qu’il sera impossible de traiter plusieurs personnes à la fois par le même employé. Nourriture, boissons et journaux seront également prohibés.

Portes et fenêtres ouvertes

Lors de la consultation, le client devra porter un masque, au moins chirurgical, sauf pour les traitements du visage. Les portes et fenêtres de l’établissement devront rester ouvertes, sauf si celui-ci dispose d’un compteur de CO2. Dans ce cas, tant que la concentration est suffisamment basse, les fenêtres peuvent rester fermées ; si elle est trop élevée, il faudra les ouvrir.

Enfin, le Comité de concertation note que les professionnels devront mesurer leur température avant de travailler. Les enfants de moins de 13 ans, eux, pourront être accompagnés, mais par un seul parent.

A noter que le Comité a demandé au RAG (Risk Assessment Group) un avis sur la question du masque FFP2 pour les professionnels, et la possibilité de se faire tester de manière régulière.

Journal télévisé du 24/01/2021 :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK