Regain du coronavirus en Flandre : les autorités communales et provinciales multiplient les initiatives

Face à la recrudescence des contaminations au coronavirus en Flandre, les autorités s'efforcent de parer au plus pressé. Dans la ville d'Anvers (145 nouvelles contaminations en une semaine), les postes de triages sont réapparus devant les hôpitaux. Toute personne craignant d'être infectée peut s'y rendre pour dépistage. La gouverneure de la province d'Anvers, la CD&V Cathy Berckx, a annoncé que dès ce lundi, elle lançait, en complément du système régional flamand de tracing qui patine un peu et manque visiblement de réactivité, un nouveau réseau local de traçage de contacts. Il y aura d'abord une phase test dans les districts anversois de Borgerhout et Hoboken, et dans un quartier d'Anvers. Avec des volontaires ayant des compétences médicales et des médecins généralistes.


►►► À lire aussi : Toutes les infos sur le coronavirus


Objectif : cerner au plus vite les nids à contaminations, collecter les données, assurer le respect des quarantaines, remonter la piste. Vite, toujours plus vite. Cette expérience sera étendue ensuite dans la province. Avec un solide "hic" pointé côté bourgmestres, et notamment par Bart De Wever à Anvers-Ville : s'il est beaucoup question du côté des virologues de mesures futures de confinement local, actuellement les bourgmestres sont aveugles et n'ont pas accès aux données et cartes de contaminations. Il leur est impossible donc, par exemple, de délimiter des quartiers sensibles. Il faudrait pour cela adapter la loi protégeant la vie privée, mais le fédéral n'a pris aucune initiative actuellement en ce sens.

Par ailleurs, dans les grandes villes de Flandre telles qu'Anvers, Bruges ou Gand, des contrôles de police sont renforcés pour vérifier le respect des gestes-barrières. A Bruges et Gand, le port du masque obligatoire a été élargi des magasins aux marchés. Et les bourgmestres aimeraient l'étendre bientôt aux trottoirs des rues commerçantes. Le masque est aussi à nouveau obligatoire pour les visiteurs des maisons de repos du nord du pays.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK