Visa pour une famille: Theo Francken s'oppose à la décision de la Justice

Refus de visa à une famille syrienne: un huissier au cabinet Francken
Refus de visa à une famille syrienne: un huissier au cabinet Francken - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Des personnes se mobilisent pour aider les plus démunis, d'où qu'ils viennent, comme les réfugiés venus de Syrie. Mais les belles initiatives personnelles se heurtent parfois à la rudesse de l’administration : c’est notamment le cas d'une famille, qui habite dans le namurois et qui souhaite accueillir une famille syrienne.

Cette famille, qui tente de fuir la ville d'Alep, a demandé un visa à la Belgique, mais elle est toujours en attente d’une réponse à sa demande, sans rien voir venir.

Theo Francken (N-VA), secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration s'obstine, malgré une condamnation de la justice la semaine passée. Jeudi dernier, le tribunal de première instance a condamné la Belgique à payer une astreinte de 1000 euros par membre et par jour de retard dans la délivrance d'un visa à la famille syrienne.

Ils sont quatre, cela fait donc 4000 euros d'astreintes par jour. Un huissier est venu signifier cette décision et réclamer la somme, ce lundi en fin de journée, au cabinet du secrétaire d'État N-VA.

Si Theo Francken n'obtempère pas dans les 24 heures, l’huissier a le droit de vendre des objets du cabinet.

Empêcher que d'autres réfugiés prennent le même chemin

La saga continue donc. La famille syrienne souhaite venir en Belgique dans les règles. C'est à dire avec un visa. La famille belge de la région namuroise est se dit prête à l'accueillir chez elle. Mais Theo Francken ne veut pas que d'autres réfugiés choisissent le même chemin.

"Je suis élu pour servir l'intérêt public et je continuerai à le faire", a réagi le secrétaire d'Etat mardi. "Notre population s'est déjà montrée particulièrement accueillante durant la crise de l'asile", poursuit Theo Francken. "Nous avons travaillé jour et nuit afin de gérer celle-ci et nous avons réussi. Je ne permettrai pas que cet arrêt déconnecté de la réalité nous mène à nouveau dans un chaos de l'asile. Je continuerai à m'y opposer. Il n'y a aucun soutien (à la démarche de la famille namuroise) au sein de la population", conclut-il.

Le secrétaire d'État a interjeté appel. "Nos avocats étudient actuellement la lettre de l'huissier", précise son cabinet. "Nous mettrons tout en œuvre pour défendre notre décision." Il n’est donc pas question de payer pour l'instant, du côté de Theo Francken.

Mais prudent, il envisage quand même de placer l'argent des astreintes sur un compte bloqué, au cas où. La somme s'élève déjà à 28 000 euros et le montant pourrait continuer à vite grimper.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK