Aides-soignants sans travail: Maggie De Block va accélérer le processus

Le transfert de compétences coince: des aides-soignants sans travail
Le transfert de compétences coince: des aides-soignants sans travail - © Tous droits réservés

Des aides-soignants fraîchement diplômés ne peuvent pas travailler, faute d'autorisation nécessaire. Pour pouvoir exercer, ils doivent obtenir un visa auprès du SPF Santé publique... Or, l'administration a pris beaucoup de retard dans le traitement des dossiers, parce qu'elle manque de personnel. Le gel du recrutement des fonctionnaires au niveau fédéral a donc des conséquences bien concrètes pour ces jeunes diplômés.

Claire Uldry est diplômée depuis le mois de novembre. Elle voudrait donc pouvoir travailler comme aide-soignante, mais elle n'a pas réussi à obtenir son visa. "On a dû envoyer nos papiers pour avoir notre numéro de visa pour pouvoir travailler mais, en fait, on nous explique que tout est bloqué, dit-elle. Au début, ça démotive parce qu'on se dit qu'on a fait une formation, qu'on a un diplôme et qu'au final ça ne nous sert pas à grand chose."

Maggie De Block annonce une solution

La Ministre fédérale de la Santé publique, Maggie De Block, reconnaît qu'il y a un problème. Le service qui est sensé octroyer ces visas est en sous-effectif.
"Pour les Services publics fédéraux, il a un gel du recrutement des fonctionnaires, or c'est un service où il faudrait beaucoup plus de personnes, précise-t-elle."

La Ministre indique qu'elle a désormais obtenu une dérogation pour pouvoir embaucher du personnel. En attendant, elle a aussi proposé une solution provisoire : l'octroi d'un visa temporaire, en attendant que le dossier soit traité. Mais, elle le reconnaît elle-même, tous les employeurs ne s'en satisfont pas.

Rudy Demotte va saisir le Comité de concertation

L'affaire fait réagir au niveau de la Fédération Wallonie-Bruxelles. On est en effet dans une période transitoire. La compétence sera complètement transférée aux Communautés en 2016 mais, en attendant, l'autorité fédérale reste en charge. Rudy Demotte, ministre-président de la Fédération, réagit : "C'est comme si on transmettait la maison aux suivants en se moquant de l'entretien, sans plus y mettre le personnel nécessaire." Rudy Demotte a décidé de saisir le Comité de concertation à ce sujet.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK