Réforme De Block de la psychothérapie : la porte ouverte aux "charlatans diplômés universitaires"

Maggie De Block
Maggie De Block - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

La réforme de la psychothérapie vient d'être validée. La Cour constitutionnelle a rejeté les derniers recours introduits contre le projet de loi de la ministre de la Santé Maggie de Block. Les associations de psychologues menaient le combat depuis 12 ans.

La ministre veut médicaliser la psychothérapie, limiter son exercice aux seuls diplômés en médecine et en psychologie. De nombreux praticiens vont devoir cesser leur activité.

Martine Vermeylen, présidente de l'Union professionnelle des psychologues n'en revient pas : le long combat des psychothérapeutes contre le projet de Maggie De Block réformant leur profession, s'achève sur un échec cuisant : seuls les diplômés en médecine et en psychologie pourront encore porter ce titre. "Madame De Block a exclu toute une série de gens extrêmement bien formés et qui ont une tradition de  psychothérapie et de formation par l'expérience" explique-t-elle.

La porte est ouverte aux "charlatans diplômés universitaires"

Quelque 300 psychothérapeutes qui ont parfois suivi des formations très poussées et qui ont une solide expérience de terrain vont devoir cesser leur activité. La porte est ouverte aux "charlatans diplômés universitaires", affirme Martine Vermeylen : "Parce que l'on a un diplôme, du coup on a accès à une profession. On n'est pas d'accord avec cela. Pour moi, l'accès à la profession doit se faire via des stages, via une formation sur le terrain, une pratique supervisée. C'est bien autre chose qu'un diplôme".  

Mais sa plus grande crainte, c'est le désarroi des milliers de patients déjà fragiles, engagés dans une thérapie avec quelqu'un qui n'a désormais plus de légitimité officielle. Pour Martine Vermeylen, une véritable catastrophe.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK