Référendum au Kurdistan irakien: Bagdad ferme le trafic aérien international avec le Kurdistan

Manifestation à Arbil en faveur de l'autonomie accrue du Kurdistan irakien.
Manifestation à Arbil en faveur de l'autonomie accrue du Kurdistan irakien. - © SAFIN HAMED - AFP

L'Irak a annoncé jeudi la suspension à partir de vendredi de tous les vols internationaux à partir de et vers le Kurdistan irakien, la première mesure concrète de rétorsion après le référendum des Kurdes en faveur de l'indépendance.

La fermeture prolongée du trafic aérien aurait des conséquences dramatiques car un grand nombre d'étrangers travaillent au Kurdistan, une région autonome du nord de l'Irak qui a choisi de défier le pouvoir central en organisant lundi un référendum qui a vu la victoire massive du "oui".

Même si les autorités kurdes affirment que l'indépendance ne sera pas annoncée de sitôt et se disent favorable au dialogue avec les autorités de Bagdad, celles-ci rejettent toute négociation sur la base de ce référendum.

Les deux aéroports seront fermés vendredi

"Tous les vols internationaux, sans exception, de et vers Erbil et Souleimaniyeh cesseront à partir de vendredi à 18H00 (15H00 GMT) à la suite de la décision du conseil des ministres et du Premier ministre Haider al-Abadi", a déclaré à l'AFP la directrice de l'aéroport d'Erbil, Talar Faiq Saleh.

L'Aviation civile irakienne, dont dépend le trafic au Kurdistan, a confirmé cette mesure.

"Les deux aéroports seront fermés vendredi (...) Tous les vols internationaux vers Erbil et Souleimaniyeh vont cesser", a affirmé à l'AFP un haut responsable de l'aviation civile à Bagdad. "Nous avons informé toutes les compagnies étrangères et c'est pour cela qu'elles ont annoncé la suspension des vols. Quant aux vols intérieurs, la décision sera prise après vendredi", a-t-il ajouté.

Un grande nombre d'étrangers se pressaient jeudi à l'aéroport d'Erbil pour quitter la ville, de peur de se retrouver bloqués. Ces étrangers entrent au Kurdistan avec un visa délivré par les autorités kurdes qui n'est pas reconnu par Bagdad, et donc ne peuvent se rendre ailleurs en Irak.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK