Reconnaissance de paternité: Delphine Boël change de tactique judiciaire

Delphine Boël change de tactique judiciaire
Delphine Boël change de tactique judiciaire - © Archive BELGA/MARTIAL THIEBAUT

Delphine Boël change de stratégie : au tribunal de première instance de Bruxelles, elle va annuler ce mardi la première procédure en reconnaissance de paternité introduite contre le roi Albert. Mais c’est pour en lancer une autre lundi prochain. Albert II n'est plus roi, sa personne n'est donc plus inviolable. Cela change donc la donne.

En juin dernier, Delphine Boël avait cité à comparaître plusieurs membres de la famille royale. Le roi Albert (qui n’avait pas encore abdiqué), mais aussi Philippe et Astrid. Objectif : prouver qu'elle est bien la fille d'Albert et Sybille de Sélys Longchamps.

Albert était à l'époque couvert par l'immunité dévolue au roi régnant, Delphine comptait donc prouver qu'elle était la sœur de Philippe et d'Astrid et, ce faisant, parvenir à ses fins.

Depuis le 21 juillet, Albert a abdiqué. Il est redevenu un justiciable comme les autres... ou presque. L'artiste plasticienne a donc décidé d'annuler cette première procédure. Ce sera chose faite ce mardi. Elle en introduira une nouvelle lundi prochain. Plus question donc ici d'Astrid, ni du roi Philippe. Delphine se focalise sur Albert et aussi sur Jacques Boël.

Deux temps

La nouvelle procédure devrait se dérouler en deux temps. Première étape : une action en contestation de paternité. Elle vise Jacques Boël, le père adoptif de Delphine. Delphine a truffé son dossier d'éléments qui prouveraient que Jacques Boël ne s'est pas comporté comme un père. La deuxième étape : c'est l'action en reconnaissance de paternité qui peut passer par un test ADN. Le roi Albert n'est plus couvert par une quelconque immunité.

Sybille de Sélys Longchamps est partie prenante à l'action intentée par sa fille. En guise de soutien.

Radia Sadani

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK