Rébellion au centre fermé 127 bis

Incendie au centre 127 bis
2 images
Incendie au centre 127 bis - © Belga

Une partie du bâtiment du centre 127bis de Steenokkerzeel est inhabitable. Dimanche soir, des incidents ont éclaté : des demandeurs d'asile ont voulu dénoncer leurs conditions de détention ; ils ont bouté le feu aux locaux.

Le climat était particulièrement tendu. Certains ont menacé de se pendre, d'autres sont montés sur les toits et ont tenté d'escalader les grillages.  

La direction du centre a évacué 23 détenus vers Merksplas, Vottem et Bruges.

Tout à commencé en fin de journée. Plusieurs associations manifestaient devant le centre 127 bis en solidarité avec les détenus en grève de la faim depuis la semaine dernière. 

Certains demandeurs d'asile ont commencé à discuter aux fenêtres. Ils ont ensuite arraché des papiers qui se trouvaient dans les chambres. Certains ont bouté le feu. Ils sont ensuite sortis dans la cour aux cris de "liberté, liberté" et dénonçaient les faits et le racisme dont ils sont, disent-ils, victimes.

Dimanche soir, vu l'état d'une partie du bâtiment, la direction a dû évacuer une trentaine de détenus vers d'autres centres. Une méthode assez courante pour séparer les détenus.

Après l'évacuation de détenus, le calme est revenu au centre 127 bis.

La police locale va évaluer les dégâts

La police locale de la zone Kastze (Kampenhout, Steenokkerzeel, Zemst) va évaluer lundi matin les dégâts occasionnés.

Selon l'officier de garde de la police, Alex Mylemans, le feu n'a fait que des dégâts secondaires par rapport à ceux occasionnés par les vandales dont "certains se sont comportés comme des sauvages". L

es dégâts les plus importants ont été causés dans l'aile réservée aux hommes où les incidents ont éclaté. Une deuxième aile où sont également logés des hommes est aussi provisoirement inhabitable. Selon le porte-parole de la police, tous les sanitaires et tous les éclairages ont été endommagés.

A la suite d'un court-circuit, il n'y a plus non plus d'électricité. " Nos troupes d'élite ont sorti un à un les fauteurs de trouble du centre. Certains s'étaient armés avec des couteaux provenant de la cuisine. Malgré l'importance des dégâts matériels, personne n'a été blessé", a précisé Alex Mylemans.


N. Servais avec Belga



Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK