Ras-le-bol dans les hôpitaux publics bruxellois: les témoignages glaçants de travailleurs épuisés

Ras-le-bol dans les hôpitaux publics bruxellois: les témoignages glaçants de travailleurs épuisés
Ras-le-bol dans les hôpitaux publics bruxellois: les témoignages glaçants de travailleurs épuisés - © RTBF

Le personnel infirmier wallon et bruxellois fera désormais entendre sa voix chaque mardi pour exprimer son ras-le-bol face à la dégradation de ses conditions de travail.

Nous avons donné la parole à Cristina, Jean-Sébastien et Myriam, des travailleurs en colère, pourtant toujours aussi passionnés par leur métier.

Je cours tellement que parfois j’ai l’impression de faire de la maltraitance de patients

Jean-Sébastien travaille au Centre de néonatologie du CHU Saint-Pierre. Infirmier, il se désole de l’évolution d’un métier qu’il adore toujours, malgré une certaine perte de sens : "L’envie est toujours là, on a toujours envie de prendre soin de nos patients. On a des petits patients qui n’ont rien demandé et des familles qui vivent des situations hyperdifficiles. Mais aujourd’hui, on se sent coupable de faire le service minimum et de ne pas pouvoir offrir des soins comme les patients devraient avoir. Il y a vraiment une perte de sens dans notre travail".

Plus de lits, toujours moins de personnel, Jean-Sébastien confie avoir la boule au ventre chaque matin avant de partir travailler.

On a peur de tuer quelqu’un

Cristina, du service des soins intensifs, va plus loin. Cette jeune infirmière, d’origine espagnole, explique : "Dans mon service, on est des infirmières polyvalentes, mais en sous-nombre. On est censées être six, on se retrouve très souvent à quatre ; ça veut dire qu’en cas d’urgence, on n’est pas assez nombreuses pour accomplir toutes nos tâches". Elle poursuit : "Il est facile de se tromper. Et se tromper peut coûter la vie à quelqu’un".

Manque de personnel, manque de moyens, manque d’écoute de la direction, soins à la chaîne, tous dénoncent une perte de l’aspect humain de leur travail au détriment du profit à tout prix.

Extrait de notre JT 13 h:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK