Rapport psychiatrique accablant sur Marc Dutroux: il n'y aura pas de demande de libération conditionnelle à court et moyen terme

Bruno Dayez, l'avocat de Marc Dutroux, a étudié le rapport d'expertise de son client. Celui-ci est accablant, les experts concluent que Marc Dutroux représente toujours un risque pour la société. La demande de libération conditionnelle est désormais mise en pause à court et moyen terme, annonce l'avocat à la RTBF. 

Les trois experts- psychiatres étaient chargé d'évaluer l'état mental actuel du détenu, afin de réévaluer le risque de récidive dans son chef, en vue d'une éventuelle demande de libération sous conditions.

Dans ce rapport de 90 pages, Marc Dutroux est encore et toujours décrit comme ayant un "profil psychopathique". Son avocat précise : "On parle d'une personnalité asociale, dénuée de toute empathie, qui présente des traits narcissiques et pervers, mais aussi ce qui pourrait s’apparenter à un sadisme sexuel. Il ne présente toutefois aucune pathologie mentale. Autrement dit, Marc Dutroux est sain d'esprit".

Un coup de massue pour la défense

Par ailleurs, autre élément important en vue d'une demande de libération conditionnelle, Marc Dutroux ne s'amende pas, tout au contraire. Bruno Dayez : "Ce qui a frappé les experts, c'est le fait que Marc Dutroux est obsédé par le fait de démontrer qu'il n'y est pour rien dans l'enlèvement de Julie et Mélissa et dans l'assassinat d'An et Eefje. Il a le sentiment d'avoir été condamné de manière injuste".

C'est un rapport d'autopsie pour mon client

Ce rapport psychiatrique est qualifié par la défense de Marc Dutroux comme "un coup de massue". Marc Dutroux, lui-même, a pu lire ce rapport. Son avocat le décrit comme "abattu et à bout de ressources".

Bruno Dayez s'attendait, de son côté, à ce que les experts psychiatres et psychologues proposent d'autres pistes que la détention. "Ce n'est pas un rapport d'expertise, c'est un rapport d'autopsie", résume Bruno Dayez, avant d'ajouter : "Je pensais sincèrement que les psychiatres proposeraient autre chose que simplement le maintien en détention ad vitam aeternam. Il n'y a pas d'embellie, aucune porte de sortie, aucune alternative"Cela pousse l'avocat à mettre le projet de libération conditionnelle en pause. "Le fruit n'est pas mûr, nous devons remettre à plus tard le projet de solliciter sa libération".

Et quoi maintenant ? 

La demande de libération conditionnelle de Marc Dutroux est donc désormais mise en pause. Mais le processus ne s'arrête pas là. Bruno Dayez et son confrère Nicolas Cohen comptent bien batailler pour l'amélioration des conditions de détention de leur client, toujours à l'isolement. "Cela passe par des éléments aussi dérisoires qu'avoir une coiffeuse, un vélo pour faire de l'exercice ou encore avoir accès à ses médicaments", explique Bruno Dayez. 

Il annonce aussi préparer un communiqué, des révélations de Marc Dutroux, en quelque sorte sa vérité sur les assassinats et enlèvements des jeunes filles pour lesquels il a été condamné.

Marc Dutroux a été condamné le 22 juin 2004 à la réclusion à perpétuité et à 10 ans de mise à disposition du gouvernement (aujourd'hui appelée mise à disposition du tribunal de l'application des peines). 

Il a été reconnu coupable, entre autres, d'avoir enlevé et séquestré six jeunes filles - Julie, Mélissa, An, Eefje, Sabine et Laëtitia - et d'avoir commis des abus sexuels sur celles-ci. Il a également été déclaré coupable d'avoir tué les quatre premières. L'homme, âgé aujourd'hui de 62 ans, est en détention depuis 23 ans. 

Le Tribunal de l'application des peines décide que la demande de Dutroux de réévaluer sa santé mentale est recevable: sujet JT du 28/10/2019

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK