Rail: les usagers veulent plus d'attention de la SNCB

RTBF
RTBF - © RTBF

Les associations d'usagers du rail ont réclamé de la SNCB plus d'attention et d'écoute, mercredi devant la commission spéciale "sécurité du rail" mise en place après la catastrophe de Buizingen.

"Les relations avec la SNCB ne sont pas mauvaises, elles sont inexistantes", a déploré Francis Verhees, vice-président du Comité consultatif des usagers (CCU) auprès de la SNCB. Le CCU regrette notamment de n'être consulté que sur les horaires et les tarifs, lorsque les décisions sont déjà prises.

Concernant la sécurité, l'Association des clients des transports publics (ACTP) constate que la politique de restriction budgétaire des années '80, combinée à un excellent niveau de sécurité atteint à la fin des années '70, n'ont pas contribué à poursuivre les efforts. "Si bien qu'en 2000, le niveau de sécurité était au même niveau que 20 ans auparavant", commente Pierre Havelange (ACTP).

"Aujourd'hui, on est piégé" en devant investir dans le TBL1+, qui nécessite trois ans de mise en place, selon lui.

L'ACTP demande de revoir la formation et le suivi des conducteurs, mais réclame aussi une obligation de résultat. "Il faut une autorité commune sur les agents des deux sociétés", a-t-il dit, rejoignant son collègue Gianni Tabbone (navetteurs.be) qui estime qu'Infrabel et la SNCB "ouvrent souvent leur parapluie" pour rejeter la responsabilité sur l'autre société.


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK