Racisme post-élections: les témoignages se multiplient

La victoire du Vlaams Belang aux élections du 26 mai a-t-elle libéré la parole raciste ? Des dizaines de témoignages le laissent penser. Dans la rue comme sur les réseaux sociaux, les discours de haine foisonnent. Le député socialiste Ahmed Laaouej, lui-même victime de cette déferlante raciste, en appelle au ministre de la Justice pour une répression renforcée.

"Je préfère retourner vers un milieu multiculturel où je me sentirai à l’aise."

Nous sommes en Flandre, à 20 minutes en train de Bruxelles. Pamela vit ici plus de 20 ans. Des propos pas très agréables, elle en a entendu. Mais quelque chose a changé depuis les élections. Comme si la victoire du Vlaams Belang légitimait les propos racistes.

La situation devient invivable pour cette jeune femme noire qui a décidé de partir : "C’est tous les jours. Si je reste ici, en payant mes impôts, je contribue à ce gouvernement-là. Je préfère retourner vers un milieu multiculturel où je me sentirai à l’aise."

"On n’insulte pas les gens en raison de leurs origines."

Le député socialiste Ahmed Laaouej fait le même constat. Il a rendu public cette menace de mort où une dame souhaite "qu’on vous tranche la tête comme vous faites à vos moutons selon vos rites à la con".

Ahmed Laaouej en appelle aux ministres responsables : "Il y a une libération du discours raciste et haineux. Il faut simplement dire que ça suffit. Nos concitoyens d’origine africaine, ou de toute origine, ne sont pas des paillassons sur lesquels l’extrême droite peut s’essuyer les pieds. Il faut que les ministres de l’Intérieur et de la Justice, comme institution prennent leurs responsabilités pour rappeler que dans un état démocratique, on n’insulte pas les gens en raison de leurs origines."

Le ministre de la Justice n’a pas répondu favorablement à nos sollicitations.

Depuis 2013, les parquets sont invités à enfin appliquer les lois anti-discrimination. La victoire du Vlaams Belang risque, certainement, d’augmenter le nombre de plaintes.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK