Racisme: nouveau record de dossiers ouverts par Unia en 2019

Le logo d'Unia
Le logo d'Unia - © ERIC LALMAND - BELGA

Unia, le centre interfédéral de lutte contre la discrimination, a ouvert l'an dernier 951 dossiers pour des faits de racisme, un chiffre-record en hausse de 10% par rapport à 2018.

L'augmentation a été constante sur les trois années précédentes. "La persistance de ces chiffres illustre le caractère systémique et structurel des discriminations raciales", affirme Patrick Charlier, directeur d'Unia, dans un communiqué.

Ce racisme s'exprime dans tous les secteurs de la société belge, souligne le Centre. Dans le logement, il prend la forme de refus de location. Sur les réseaux sociaux, les discours à caractère raciste se multiplient et représentent plus de la moitié des dossiers ouverts par Unia pour ce domaine. Au travail, ce sont principalement les relations avec le chef, les collègues ou les clients qui posent question, à côté des refus d'embauche et des licenciements qui continuent de peser sur les personnes d'origines étrangères. Plus récemment, la pandémie du coronavirus a également suscité des réactions racistes.

"Lutter contre le racisme et les discriminations raciales implique à la fois une connaissance fine des différentes formes qu'il peut prendre (antisémitisme, afrophobie, antitsiganisme, xénophobie, racisme anti-musulman, intersectionnalité), mais aussi une approche et des mesures globales telles que la mise en œuvre d'actions positives, de tests de situation, etc.", rappelle Patrick Charlier.

Dans cet esprit, Unia se félicite de la volonté affichée de mettre en place une Conférence interministérielle pour lutter contre le racisme, réunissant tant le niveau fédéral que celui des entités fédérées. C'est aussi l'une des recommandations récentes du Conseil de l'Europe, via sa Commission contre le racisme et l'intolérance (ECRI).

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK