Racisme au sein de la police: "Le délit de faciès est un fantasme" (SLFP)

CQFD, ce qui fait débat recevait ce lundi Vincent Gilles, le président national du SLFP-Police. La police est au coeur de l'actualité suite aux débordements ayant suivi la manifestation contre le racisme à Bruxelles. Des manifestations qui se sont multipliées partout dans le monde depuis la mort de George Floyd, pour dénoncer le racisme au sein des corps de police.

On aurait voulu un ordre d'opération

Le SLFP Police a déposé un préavis de grève, suite aux incidents survenus hier soir dans le quartier bruxellois de Matonge et qui ont fait 28 blessés. Le syndicat regrette une analyse du risque jugée insuffisante de la part des autorités: "il était peu opportun d'avoir décidé non pas d'une autorisation mais d'une tolérance de cette manifestation, ça veut dire quoi? Ca n'est porté par aucun concept légal [...] L'interdiction pure n'était pas la meilleure des voies non plus, vu le contexte", concède Vincent Gilles.

Concrètement, le président du SLFP-Police aurait souhaité que soit rédigé ce qu'on appelle un "ordre d'opération": "il indique qui fait quoi, comment, avec quel moyens, etc. En l'occurrence ici tout a été fait très, trop rapidement". Par le préavis de grève déposé, le SLFP Police (rejoint par le SNPS) revendique une tolérance zéro pour les violences à l'égard des policiers.  

Vidéo polémique: "un policier juste ferme"

En marge des débordements qui ont éclaté à Ixelles, un journaliste indépendant qui filmait une arrestation s'est vu agressivement refoulé par un policier et confisquer documents d'identité et carte de presse. Jérémy Audouard dénonce une tentative d'intimidation. L'Association des Journalistes Professionnels a de son côté ouvert un dossier de plaintes. Pour Vincent Gilles, le policier est "juste ferme":

Le délit de faciès est une fantaisie

La problématique du racisme au sein de la police a refait grand bruit chez nous, suite à une enquête du magazine #Investigation consacrée au malaise au sein de la police belge. Vincent Gilles affirme recevoir régulièrement des plaintes relatives à du harcèlement au travail, qu'il soit moral, sexuel ou caractérisé par du racisme. "Je ne vais pas nier qu'il y a, parmi nos collègues, des racistes, nous sommes l'image de la société [...] Mais avec un pourcentage probablement moins grand dans nos rangs, car dans le parcours de sélection, il y a une étape psychologique qui filtre énormément: parmi 14 000 candidats par an, 1200 réussissent le parcours complet", expose Vincent Gilles. 

Le président national du SLFP-Police précise que le racisme au sein de la police n'a pas été objectivé dans des enquêtes fouillées jusqu'ici. "Le délit de faciès, j'ose le dire, est un fantasme", affirme encore Vincent Gilles:

CQFD, Ce Qui Fait Débat, chaque jour à 18h20 sur La Première et à 20h45 sur La Trois. L'entièreté de l'émission ci-dessous :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK