Quoique reptiles, les dinosaures auraient pu être à sang froid

Le squelette d'un dinosaure exposé chez Sotheby's à Paris en septembre 2010
2 images
Le squelette d'un dinosaure exposé chez Sotheby's à Paris en septembre 2010 - © Jacques Demarthon

Les dinosaures étaient des reptiles mais ils auraient fort bien pu avoir le sang chaud, contrairement à ce que les scientifiques ont longtemps tenu pour acquis, suggère une étude publiée mercredi.

Tout comme les anneaux des arbres, les os de certains animaux, amphibiens et reptiles notamment, présentent des "lignes de croissance".

Les chercheurs sont partis du principe que ces marques étaient caractéristiques des animaux à sang froid, au développement lent et parfois stoppé par des facteurs extérieurs, des températures faibles ou le manque de nourriture par exemple.

La découverte de tels anneaux de croissance sur des ossements de dinosaures avait alimenté l'hypothèse qu'ils possédaient eux aussi un métabolisme lent caractéristique des animaux à sang froid, des reptiles classiques en somme.

Mais les os des animaux à sang chaud, oiseaux ou mammifères, n'avaient jamais précisément été analysés pour voir s'ils présentaient les mêmes lignes.

Une équipe dirigée par Meike Köhler, de l'Institut catalan de paléontologie Miquel Crusafont (Espagne), s'est attelée à la tâche. Et elle a découvert des anneaux de croissance sur l'ensemble des 41 espèces de ruminants qu'ils ont étudiées, parmi lesquelles des antilopes, des cerfs et des girafes, indique leur étude, publiée par la revue britannique Nature.

"Ils montrent que ces anneaux sont formés chaque année durant la saison défavorable, lorsque les animaux abaissent leur température et leur métabolisme, probablement pour mieux économiser leur énergie", explique dans un commentaire séparé le paléontologue Kevin Padian, de l'Université de Californie à Berkeley (Etats-Unis).

"Il semble donc que les mammifères ne soient pas différents des autres vertébrés dans ce domaine", souligne-t-il.

Une branche des dinosaures à sang chaud

Quelle conclusion en tirer pour les dinosaures? La réponse de Meike Köhler est sans appel: "cela fait tomber le plus fort argument plaidant en faveur d'animaux à sang froid".

"Les dinosaures sont des reptiles. Et les reptiles que nous connaissons aujourd'hui ont tous le sang froid. Mais dans le passé, il y avait une branche des dinosaures qui étaient probablement à sang chaud. En fait, aujourd'hui encore nous avons des descendants des dinosaures. Ce sont les oiseaux, et ils sont à sang chaud", déclare à l'AFP la chercheuse.

Sans être aussi catégorique, Kevin Padian rappelle de son côté qu'un certain nombre de découvertes sont déjà venues écorner la théorie des dinosaures à sang froid ces dernières années.

Parmi elles, le fait que "la densité des vaisseaux sanguins dans leurs os était très élevée, plus proche de celle des mammifères et des oiseaux que des reptiles et amphibiens", écrit le paléontologue californien.

"Cela implique un flux sanguin important et une croissance rapide, qui ne peut être soutenue que par un métabolisme rapide", plutôt incompatible avec celui des animaux à sang froid, relève-t-il.

AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK