Qui est Bruno Venanzi, président du Standard, perquisitionné ce matin ?

Bruno Venanzi, pur liégeois de souche italienne, aura 50 ans en juillet prochain.

Licencié en histoire de l’Université de Liège et en économie de la V.U. d’Amsterdam, il fait ses classes comme commercial dans plusieurs entreprises, notamment chez Belgacom, avant de cofonder la société LAMPIRIS avec l’autre Bruno, Vanderschueren, en 2003. Basée sur l’énergie verte, cette société de production électrique et de gaz naturel, connaît un succès grandissant. Il la revendra au groupe TOTAL en 2016.


►►► A lire aussi: Perquisitions au Standard et Bruno Venanzi, son président 


Supporter acharné du Standard

Mais Venanzi est aussi un passionné de sport et un supporter acharné du Standard depuis sa tendre enfance. En novembre 2014, il devient vice-président du club de son cœur avant d’acheter les parts du président limbourgeois Roland Duchâtelet le 24 juin 2015. Il devient alors le président-propriétaire du Standard de Liège pour une somme estimée à 17 millions d’euros à laquelle il faut ajouter les 10 millions, réduction de capital octroyée par Duchâtelet et remboursée en semestrialités. Depuis, l’homme d’affaires liégeois a déjà réinjecté deux fois cinq millions d’euros dans les caisses du club sans compter un prêt de 2,5 millions, consenti par sa société d’investissement lorsque le Standard avait été recalé par la Commission des licences de l’Union belge au printemps 2016.

Parmi ses grands projets figure, notamment, la rénovation partielle du stade afin d’en faire un lieu multifonctionnel (centre d’affaires, magasin ALDI,…) à l’horizon 2022, date où la ligne du tout nouveau tram liégeois arrivera au stade de Sclessin.

Bilan sportif

Sous l’ère Venanzi le Standard a remporté deux coupes de Belgique (2016 contre Bruges et 2018 contre Genk) mais jamais le championnat. Pire encore lors de ses deux premières années de présidence, le club loupe les play-offs 1 avant de terminer 2ème en 2018 (avec le coach portugais Ricardo Sa Pinto) et troisième en 2019 avec Michel Preud’homme, devenu entraîneur, administrateur et directeur technique l’été précédent.

La présidence Venanzi a connu pas mal de soubresauts avec six coaches différents : Muslin, Ferrera, Jankovic, Jeunechamps, Sa Pinto et Preud’homme. Dans l’organigramme décisionnaire, le club a aussi connu pas mal d’instabilité avec les départs successifs de Bob Claes (directeur général), Axel Lawarée et Olivier Renard (directeurs sportifs) ou encore Daniel Van Buyten, conseiller sportif amené par son agent Christophe Henrotay…

Archives : Journal télévisé 24/06/2015

En juin 2015, Bruno Venanzi rachète le Standard à Roland Duchâtelet.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK