Et si la mère de toutes les bombes, la GBU-43/B, était larguée sur la Belgique?

Le centre de Bruxelles rasé si une bombe GBU-43B était larguée sur la Grand-Place?
8 images
Le centre de Bruxelles rasé si une bombe GBU-43B était larguée sur la Grand-Place? - © Tous droits réservés

Une onde de choc dévastatrice

Si l'engin explosif était largué sur la Grand-Place de Bruxelles, l'entièreté des bâtiments seraient entièrement rasés dans un rayon de 50 mètres.

Les Galeries Royales, Manneken Pis, la Bourse ainsi que les autres maisons et immeubles présents dans dans un rayon de 100 mètres seraient très gravement endommagés.

Dans un rayon de 700 mètres, c'est-à-dire approximativement de la Place Sainte-Catherine à la gare Centrale, tous les bâtiments seraient touchés, la quasi-totalité des vitres seraient soufflées et les personnes seraient gravement blessées.

Des dégâts qui seraient encore plus importants dans les autres villes du pays: 

Charleroi

Si la bombe était larguée sur la place Charles II, l'onde de choc balaierait tout ou presque jusqu'au Palais de Beaux-Arts. Le tout nouveau centre commercial Rive gauche serait partiellement épargné mais les dégâts seraient néanmoins importants. 

Liège

Si la place Cathédrale était touchée par la "mère de toutes les bombes", l'onde de choc irait jusqu'en Outre-Meuse et Longdoz.

Mons

Imaginez si la GBU-43B atteignait la tête du  Singe du Grand Garde sur la Grand'Place. La Collégiale Sainte-Waudru, la Polytech et l'Umons seraient irrémédiablement touchée par la déflagration... 

Namur

Ah la Place du Vieux, officiellement Place du Marché-aux-Légumes. Ses cafés, ses terrasses, son PianoBar, rien ne subsisterait en cas de largage d'une GBU-43B sur la capitale wallonne. Ni le Parlement wallon, ni la Citadelle ne seraient épargnés... 

Anvers

La capitale économique flamande, bien que relativement étendue n'échapperait pas aux dégâts occasionnés par une bombe "conventionnelle" de très forte puissance. 

Et si la bombe était nucléaire...

Si la bombe nucléaire russe Tsar, la plus puissante existant à ce jour, frappait Bruxelles, une boule de feu détruirait tout dans un rayon de 6,1 kilomètres, soit l'équivalent d'une surface de 117km². Le souffle serait ressenti sur une surface de 3350km² et les personnes présentes dans un rayon de 73 kilomètres seraient irradiées et brûlées au 3ème degré.  

Images aériennes de la frappe en Afghanistan:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir