Coronavirus : quels centres de vaccination ferment en Wallonie et à Bruxelles ? Cliquez sur nos cartes interactives

Certains centres de vaccination vont progressivement fermer leurs portes en Wallonie et en Région bruxelloise compte tenu de l’évolution du nombre de personnes vaccinées contre le Covid-19. Ces fermetures progressives annoncées au début de l’été seront effectives fin août mais il n’est déjà plus possible de prendre rendez-vous pour recevoir la première dose de vaccin dans certains centres wallons et bruxellois.

Nous vous proposons de découvrir, en cliquant sur nos deux cartes interactives –Wallonie et Région de Bruxelles-Capitale– les dates de fermetures programmées, centre par centre. Ces centres constituent une partie du dispositif mis en place pour vacciner la population. Leur fermeture ne signifie pas que la campagne s’achève mais qu’elle se poursuit différemment.

 

Il reste en effet du monde à vacciner puisque de nombreux experts pointent la nécessité de vacciner 90% de la population pour atteindre une immunité collective le Covid-19, en tenant compte du développement du variant Delta. Et l’objectif des 70% de la population totalement vaccinée fin juillet n’a pas été atteint sauf en Flandre.

La Wallonie s’en approche sérieusement avec un pourcentage de 66% de personnes ayant reçu deux vaccins ou le vaccin unidose de Johnson & Johnson. La Région bruxelloise, elle, reste à la traîne avec un pourcentage de 51%.


►►► À Lire : Combien de vaccinés contre le Covid-19 dans votre commune ?


Si l’on tient compte uniquement des premières doses, 89% de la population est concernée en Flandre, 77% Wallonie, et 61% à Bruxelles… En toute logique, l’avance observée dans la vaccination pour la première dose se répercutera bientôt dans la deuxième.

 

Bref, la vaccination va se poursuivre et l’on peut s’interroger sur la capacité bruxelloise si seulement quatre centres restent opérationnels à terme (Forest, Pacheco, Woluwe-Saint-Pierre et Molenbeek). "La capacité de vaccination reste suffisante", assure la porte-parole et coordinatrice adjointe communication & sensibilisation Covid-19 à la COCOM (commission communautaire commune de Bruxelles-Capitale), Fatima Boudjaoui. "En Région bruxelloise", poursuit-elle, "nous avons développé des moyens de vaccination décentralisés. Nous voulons que l’offre de vaccination ait le maillage le plus fin possible pour se rendre devant le domicile des citoyens."


►►► À lire : Bruxelles, mauvais élève de la vaccination ?


Il est en effet possible de se faire vacciner via les "vacci-bus" qui sillonnent les quartiers bruxellois où le taux de vaccination reste faible. Pour la première fois depuis le lancement de l’opération, les cinq "vacci-bus" bruxellois sillonnent simultanément la capitale ce lundi.

Ces bus s’arrêtent ce lundi à la Foire du Midi et Place du Jeu de Balle et seront mardi sur le campus du Solbosch de l’ULB à Ixelles car l’enjeu des autorités est aussi de convaincre les plus jeunes de se faire vacciner. Tout est mis en place pour faciliter la vaccination désormais : lieux décentralisés, absence de rendez-vous, changement de la date de la deuxième dose.

En Wallonie, l’activité des centres de vaccination va elle aussi diminuer la seconde quinzaine d’août avec la fermeture de dix centres sur 41. Les autres suivront le même chemin fin août.

Cette programmation signifie, comme à en Région bruxelloise, que certaines premières doses ne sont plus administrées du tout dans certains centres, voire seulement pour quelques jours (parfois jusque mi-août). Ainsi, les antennes d’Herstal et du Standard entament ce lundi leur dernière semaine de vaccination.

Le centre du Sporting de Charleroi ne proposera que des deuxièmes doses et l’unidose de Johnson & Johnson la première semaine d’août. Les antennes de Lierneux, Thuin et Hastière ne proposent désormais que des deuxièmes doses et le vaccin unidose de Johnson & Johnson. Le centre de Vaux-sous-Chèvremont a lui été définitivement fermé à cause des inondations de la mi-juillet. Le centre de Baileux fermera, lui, le 1er août.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK