Quelles mesures dans les campings en cette période de coronavirus ?

Photo d'illustration
16 images
Photo d'illustration - © jack Sloop - Unsplah

Des lignes au sol pour maintenir la distanciation sociale, du gel hydroalcoolique, des plaques de plexiglass, et le rappel un peu partout des règles d'hygiène et de prévention. Ce sont les premières mesures visibles prises dans les campings en Belgique en cette période de pandémie. Et dans les campings que nous avons visité dans la province de Luxembourg, le port du masque n'est généralement pas imposé.

En Belgique, concrètement, aucune obligation n'est imposée aux propriétaires de camping. Seules des recommandations ont été émises par le Conseil National de Sécurité (CNS). Sur cette base, les fédérations du nord et du sud du pays se sont mises d'accord pour mettre en place de bonnes pratiques. Elles se sont aussi fortement inspirées de ce qui est prévu en France.

Mais pour l'instant, les derniers détails du CNS du 24 juin n'ont pas encore été communiqués. Ce qui peut avoir parfois de grosses conséquences.

Dans l'attente des détails des dernières recommandations...

C'est le cas pour le Centre de Vacances Le Roptai à Ave-et-Auffe, près de Rochefort. Un camping de 344 emplacements dont 30 locatifs et 114 emplacements de passage.

Et sur ces 114, une quarantaine d'emplacements ont dû être condamnés, soit une prairie entière. Une décision prise déjà au mois d'avril pour éviter de devoir louer un bloc sanitaire supplémentaire pendant la saison, ne sachant pas comment la situation allait évoluer. Et dans l'attente des nouvelles informations, sa propriétaire refuse encore actuellement d'accueillir les campeurs avec une tente : "Nous personnellement, on ne prend pas la responsabilité de prendre des campeurs sous tente, ou alors en tout petit nombre, pour ne pas mettre la pression sur nos douches dont on ne sait pas encore si elles vont pouvoir rouvrir toutes ou seulement la moitié", explique Frederika Boevé. Et donc, pour l'instant, seules quelques caravanes et camping-car bien équipés y sont acceptés. Par contre, tout ce qui est locatif (caravanes ou tentes aménagées) est déjà bien prisé. 

Un horaire pour la piscine

De l'incertitude, Frederika Boevé en a aussi pour sa piscine de 128 m2. En ce début juillet, elle ne sait toujours pas combien de nageurs elle va pouvoir accueillir en même temps dans le bassin : "S’il est vrai que l’on pourra mettre un nageur par 10 m2. On peut choisir entre 8 et 12 nageurs en même temps. On devra alors imposer une horaire. Et à ce moment-là, ils devront s’inscrire par tranche horaire de 2h ou…en fonction de la demande".

Les activités et services y sont également fortement réduits. L'épicerie et le restaurant, par exemple, n'ont pas encore ouvert. Ce devrait être le cas pour ce week-end du 4 juillet, mais une fois encore on attend les détails des dernières recommandations. 

Une astuce pour éviter les files au bloc sanitaire

Au camping aux Sources - Lescheret à Vaux-sur-Sûre (entre Libramont et Bastogne), par contre, les campeurs sous tente sont de retour. Il faut dire que ce n'est qu'un petit camping de 50 emplacements où ce type de campeurs est son principal gagne-pain. 

Et pour éviter les files en haute saison, son propriétaire, Arthur Van Diin, demande aux campeurs de venir avec leur propre WC portable. Et dans ses locatifs, où il n'y a habituellement, pas de sanitaire, il a décidé d'y installer un wc chimique.

Pour les autres, qui utilisent le bloc sanitaire, il est demandé de désinfecter la lunette des WC avant leur utilisation et de rabattre cette lunette avant de tirer la chasse. Ce qui ne semble pas gêner ces jeunes campeuses hollandaises : "Ce n'est pas grave", nous lance Isabelle. "Ca ne change pas vraiment", réplique son amie Ino. "D’habitude quand tu vas camper tu fais en sorte que cela reste propre et le camping fait aussi le nettoyage. Donc ce sera sans doute encore mieux comme ça".

Reste que partout dans le camping, il faut maintenir ses distances. Un des trois lavabos dédiés à la vaisselle va être mis hors service pour permettre aux campeurs de garder leur distance. 

Les nouvelles technologies à la rescousse

"Le billard, le kicker, mais aussi la bibliothèque, resteront inaccessible cette saison", nous explique Arthur Van Diin. "Normalement, on a aussi beaucoup de cartes pour se promener. Maintenant, on en a juste une qu’on laisse ici. Mais j'ai mis les promenades sur internet et les gens peuvent les télécharger, cela remplace la fiche qu’on leur donne habituellement".

Ce propriétaire a aussi investi dans les nouvelles technologies pour ne pas encombrer son bar/restaurant : "Au moment où le campeur vient passer la commande, je lui donne ce petit appareil. Il retourne alors à sa place et quand sa commande est prête j'appuie sur cette station et son petite appareil sonne. Il sait alors qu'il peut venir chercher sa commande".

Un retour à la nature nécessaire

Une prudence qui fatigue un peu ce couple de campeurs hollandais venus avec leur caravane : "Les mesures sont limitées, mais c'est quand même ennuyant", nous confie Harry. "Cela demande une attention constante. On doit tout le temps y penser et être prudents", ajoute son épouse, Ruth. 

Mais quand on leur demande pourquoi, ils ne restent pas à la maison si c'est embêtant, ils répondent qu'ils ont besoin d'un retour à la nature après trois mois de confinement.  

Malgré tout, ces règles n'ont donc pas l'air de faire fuir les campeurs. Et que ce soit au Centre de Vacances Le Roptai à Ave-et-Auffe ou aux Sources - Lescheret à Vaux-sur-Sûre, les campings sont déjà presque complets pour la période du 15 juillet au 15 août. 

Et là où d'habitude, il y a 70% des réservations qui sont demandées par des Hollandais, aujourd'hui, 65% de ces réservations sont Belges, et majoritairement francophones.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK