Quelles assurances et quelle responsabilité en cas de tempête?

Les assurances en cas de tempête
Les assurances en cas de tempête - © KRISTOF DEBECKER - BELGA

Vous l’aurez remarqué, le vent a soufflé avec force ce lundi. Près de 100 km/h à certains endroits, sans parler de la pluie... Ruzica, c’est le nom de cette tempête, risque bien de faire quelques dégâts chez nous.

En cas de tempête, plusieurs types d’assurances peuvent entrer en jeu

Pour votre maison, il y a l’assurance habitation – appelée aussi assurance incendie. Toutes (a priori) comportent un volet "tempête".

Pour les voitures, il y a d’abord l’assurance omnium, elle couvre tous les dégâts. Mais, on trouve aussi sur le marché d’autres formules – moins chères –qui offrent également une couverture contre les forces de la nature (tempête, inondation ou la grêle par exemple).

Wauthier Robyns, porte-parole d’Assuralia, l’union professionnelle des entreprises d'assurances, rappelle ce que couvrent ces assurances : "On assure les dommages qui sont provoqués par l’action du vent (un arbre de votre jardin qui tombe sur votre maison). Sont également prises en charge les infiltrations qui peuvent se produire lors de la tempête. Cette assurance couvre aussi bien les dégâts occasionnés au bâtiment qu’à son contenu. Idem pour les voitures".

Quand peut-on considérer qu’il s’agit d’une tempête ?

"Les contrats d’assurance font généralement référence à une vitesse des vents de l’ordre de 80 km/h, ou bien du fait qu’il y a eu des dommages généralisés et provoqués par la tempête dans les environs où se trouvait votre voiture ou votre maison. La question est un peu différente lorsque les dégâts ont été provoqués par autrui. Là, toute la question est de savoir s’il y a la responsabilité. En effet, si une branche d’arbre, cède face à un vent de 90 km/h, et tombe sur sa voiture, généralement cela va entraîner la responsabilité du propriétaire ou le gardien de l’arbre".

De quoi a-t-on besoin pour faire une bonne déclaration à son assurance ?

"Tout d’abord, mettre tout en œuvre pour éviter que les dommages ne s’aggravent. C’est la première chose qu’attend de vous l’assureur. Pour ce qui est des preuves, quelques photos suffiront. S’il s’agit de dégâts provoqués par un bien qui appartient à autrui, il est envisageable de mettre en cause la responsabilité du propriétaire ou du gardien de ce qui est tombé sur votre voiture. Exemple : l’arbre du voisin… Il faudra alors examiner s’il s’agit d’un cas de force majeure (événement imprévu et indépendant de la volonté d'une personne). Si c’est une simple bourrasque inférieure à 100 km/h, généralement on va considérer que le propriétaire doit répondre des dommages provoqués par cet arbre. Raison pour laquelle certaines administrations ferment l’accès à leur parc".

Peut-on imaginer une indemnisation du fonds des calamités ?

"Il pourrait l’être… mais sur la base d’une reconnaissance par les autorités de la région. Celles-ci vont demander à l’Institut Royal Météorologique de constater qu’effectivement on parle d’une situation atmosphérique exceptionnelle. Ce n’est pas systématiquement le cas. Cela peut aussi concerner uniquement le périmètre d’une commune ou d’une province".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK