Quelle est l'ampleur de l'antisémitisme? La Belgique n'est pas la France

Quelle est l'ampleur de l'antisémitisme? "La Belgique n'est pas la France"
Quelle est l'ampleur de l'antisémitisme? "La Belgique n'est pas la France" - © Tous droits réservés

Plusieurs milliers de personnes ont défilé dans les rues de Paris ce mercredi pour rendre hommage à Mireille Knoll, octogénaire juive victime d'un assassinat antisémite. Un meurtre qui a ému au delà des frontières française. Mais l'antisémitisme tel qu'exprimé en France existe-t-il chez nous en Belgique dans une ampleur comparable ? Philippe Markiewicz, président du Consistoire israélite de Belgique, était au micro de La Première. 

"Il y a des actes antisémites en Belgique, mais la situation n'est pas tout à fait la même qu'en France", affirme Philippe Markiewicz. "La France vient à plusieurs reprises de subir des tragédies. En France, les événements sont plus importants qu'en Belgique. Ceci étant, il y a toujours des actes antisémites en Belgique. Il faut dès lors rester vigilants et réagir. Comment? En prenant le bien vivre ensemble et les bonnes relations avec tous et toutes, mais en étant extrêmement fermes sur les principes et sur les valeurs de notre démocratie, c'est-à-dire de ne pas admettre le moindre acte antisémite."

Quel est l'état des relations de la communauté juive avec les autres cultes?

"En Belgique, nous avons d'excellentes relations avec les autres cultes reconnus, ainsi qu'avec la laïcité. On se retrouve ensemble régulièrement, il y a vraiment une coexistence. La France n'est pas la Belgique. La situation me semble nettement meilleure en Belgique, en tout cas pour l'instant. Nous devons cependant rester vigilants parce que tout peut arriver."

Et c'est arrivé avec l'attaque du musée juif?

"C'est arrivé ici, tout à fait. On sait donc très bien que vu les circonstances, on ne peut pas dire que ça n'arrivera pas. Tout peut arriver. Nous devons donc rester vigilants. Mais on doit surtout continuer à vivre, vivre notre vie de citoyen, de Juif. Parce que ce serait donner la victoire au terrorisme en arrêtant de vivre normalement."

Que faut-il faire? 

"Le travail essentiel, c'est le travail de citoyenneté, en particulier vis-à-vis des jeunes. Il faut montrer combien la valeur de l'être humain et de la vie est importante. Malheureusement, il y a un certain nombre de jeunes qui ne comprennent pas ça ou qui ne veulent pas le percevoir. Il faut donc insister au niveau du travail envers les jeunes pour les amener à ce qu'ils prennent conscience qu'ici, en Europe occidentale, on a certaines valeurs primordiales qui sont les valeurs de la vie, les valeurs de la démocratie."

Quand on revient aux récents propos de Bart De Wever, où il ne met plus à égalité Juifs et musulmans — les Juifs poseraient moins de problèmes que les musulmans — est-ce que ça ne joue pas dans le mauvais sens ?

"Je crois qu'on ne doit jamais cibler un groupe, c'est une erreur. Ceci étant, je crois que fondamentalement le message de Bart De Wever est peut-être ailleurs. Il voulait dire qu'en réalité chacun a le droit d'avoir sa religion, mais la religion relève de la vie privée de chacun. Et nous, communauté juive, avons compris cela. Pour nous, nous pratiquons notre religion, mais c'est notre vie privée. Dans la vie publique, nous sommes des citoyens neutres parce que la religion n'a pas sa place, bien que la Belgique soit un état laïque neutre, mais de tradition catholique. Il n'y a aucun problème avec cela, nous vivons très heureux en Belgique."

A titre personnel, que vous évoque l'assassinat de Mireille Knollcette survivante du Vél d'Hiv'?

"C'est quelque chose de dramatique pour les survivants de la Shoah. Quand vous voyez que cette femme a survécu par miracle à la rafle du Vél d'Hiv'avec sa mère, qu'elle a réussi à survivre, et puis qu'elle arrive à 85 ans et qu'elle se fait assassiner parce qu'elle était juive...c'est quelque chose d'infernal. C'est quelque chose de terrible. Ceci étant, il faut rester rationnel, ne pas sombrer et continuer à vivre et à avancer. On a un devoir de citoyenneté, un devoir de vivre avec tous et toutes dans le respect mutuel."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK