Quel est l'emballage le plus écologique pour les plats à emporter?

Quel est l'emballage le plus écologique pour les plats à emporter?
3 images
Quel est l'emballage le plus écologique pour les plats à emporter? - © pxhere - CC0

En témoignent le développement des Uber Eat, Deliveroo et feu Take Eat Easy, le marché des plats à emporter et livrés à domicile est en pleine expansion ces dernières années… tirant avec lui, un problème écologique de taille : celui des récipients dans lesquels est livrée la nourriture.

Une étude menée par des chercheurs de l’Université de Manchester s’est donc penchée sur l’impact environnemental des principaux contenants, ainsi que de savoir s’il était plus intéressant d’utiliser des récipients réutilisables, par rapport à ceux utilisés une seule fois. Et les conclusions sont assez surprenantes…

Trois types de matériaux, parmi les plus communément utilisés dans le take away, ont été analysés : l’aluminium, le polystyrène (PS, appelé frigolite en Belgique) et le polypropylène (PP, le plastique le plus commun pour les contenants de nourriture). Chaque étape du cycle de vie, de la production au (non-)recyclage, en passant par le transport, a été prise en compte.

Douze types d’impact ont été étudiés, parmi eux le potentiel de participation au réchauffement climatique, la toxicité envers l’humain ou l’environnement, ou encore le potentiel d’acidification ou d’eutrophisation (diminution de l’oxygène dans les milieux aquatiques).

Et la palme du pire contenant revient au plastique non-réutilisable, qui participe au réchauffement climatique, suivi par l’aluminium, toxique pour l'humain. C’est au final le polystyrène qui est le moins impactant environnementalement, grâce à ses faibles coûts de production.

Et côté du plastique réutilisable ? Selon le type de récipients, il faudrait le réutiliser de 3 à 39 fois pour qu’il soit une meilleure alternative que le polystyrène. Et pour la marque Tupperware, c’est encore pire : il faudrait utiliser les boîtes de 16 à 208 fois, avec une toxicité environnementale toujours plus forte que le polystyrène, peu importe le nombre d’utilisations.

Mais, et il y a un grand mais, le polystyrène n’est pour l’instant pas recyclé en Europe. L’étude estime que si ce matériau était recyclé selon la politique de l’UE en matière de recyclage à l’horizon 2025, son impact environnemental serait encore réduit de 18%. Pour les autres matériaux, l’impact pourrait être réduit de plus de 20%. Et de sauver des milliers de tonnes d’équivalents CO2.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK