Quel avenir pour les pièces de 1 et 2 centimes d'euro?

Quel avenir pour les pièces de 1 et 2 centimes d'euro?
Quel avenir pour les pièces de 1 et 2 centimes d'euro? - © Tous droits réservés

Outre les travailleurs détachés, l'Europe se penche aussi sur l'avenir des pièces de 1 et 2 centimes d'euro. Ces petites pièces brunes - trop nombreuses, encombrantes - vont-elles prochainement disparaitre ?

Le ministre des Finances, le CD&V Koen Geens prépare un projet de loi visant à permettre d'arrondir les prix aux 5 centimes les plus proches, à la hausse ou à la baisse. Comme cela s'est déjà pratiqué dans des tests grandeur nature à Visé et Waregem, à la plus grande satisfaction des consommateurs. L'Union des classes moyennes soutient l'idée. Une idée que la Commission a déjà mise sur la table.

La Commission européenne reconnaît qu'il y a un souci avec ces pièces de 1 et 2 centimes. Leur prix de production est plus élevé que leur valeur. La Finlande, par exemple, ne les a jamais produites et ne les utilisent pas, les Pays-Bas ont cessé de les produire. La Commission a proposé aux états de réfléchir à quatre pistes : ne toucher à rien, ces pièces sont chères mais on continue à les produite telles quelles; deuxième piste, changer leur composition, leur poids, leur taille, bref trouver une solution pour réduire leur coût de production; troisième idée, la plus radicale, on décide qu'à telle date, ces pièces n'auront plus de valeur, point final ; 4ème scénario, peut-être le plus probable, on laisse ces pièces mourir de leur belle mort. On cesse de les produire, et puisqu'on en perd des centaines et des milliers chaque année, elles disparaîtront toutes seules, les dernières ne servant plus que d'appoint pour arrondir les sommes dues.

Évidemment dans les deux derniers cas, cela suppose que les commerçants ne prévoient plus que des prix arrondis aux 5 centimes. Et cela suppose aussi des contrôles stricts pour éviter la tentation chez certains commerçants de toujours arrondir les prix vers le haut, c'est l'une des craintes des consommateurs.

 

Avec A. Blanpain

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK