Quel avenir pour les jeunes agriculteurs? Nous sommes allés à leur rencontre

Quel avenir pour les jeunes agriculteurs? Nous sommes allés à leur rencontre
Quel avenir pour les jeunes agriculteurs? Nous sommes allés à leur rencontre - © Tous droits réservés

Qui sont les jeunes agriculteurs d'aujourd'hui ? Quelles sont leurs difficultés, leurs attentes ? Alors que l'érosion des fermes se poursuit dans notre pays, que les crises sanitaires et alimentaires ont entaché leur métier, nous sommes allés à la rencontre de ceux qui façonnent l'agriculture de demain. 

Difficile de partir de zéro

Pour mieux comprendre la réalité des jeunes agriculteurs, Baptiste De Clercq nous donne rendez-vous à Eghezée. Avec un ami, ce jeune maraîcher de 21 ans a créé sa propre culture de légumes. Mais les banques ont refusé leur prêt. Ils ont donc dû payer eux-mêmes leur terre et leur matériel. Résultat : les bénéfices ne sont pas aux rendez-vous. "On parle de quatre cents, cinq cents euros en un an et demi", nous explique Baptiste

Mais il est loin d'être le seul à vivre une telle déception. Pour les jeunes agriculteurs, il est aujourd'hui très difficile de lancer sa propre activité en partant de zéro et de concurrencer des produits étrangers à bas prix. Guillaume Van Binst, secrétaire général de la Fédération des Jeunes Agriculteurs (FJA) constate d'ailleurs que "90 à 95% des installations agricoles sont des reprises familiales. Il y a très peu de créations pour des gens qui ne sont pas issus d'une famille agricole". 

Rebondir après les crises sanitaires et alimentaires 

A la ferme de Stée à Ciney, Marie-Claire Wylock peut désormais compter sur trois des ses enfants : Valentin, Baptiste et Cyrille. En 2009, la crise du lait pousse cette productrice laitière à repenser son métier : "On n'arrivait pas à se payer de salaire. C'était la faillite". Pour l'éviter, la famille revoit totalement son modèle de travail et se diversifie. Aux vaches s'ajoutent les brebis, les cochons et les chèvres. Tout est désormais bio. Une reconversion dans laquelle ses trois fils ont une place centrale. 

"50% de notre temps, on travaille dans l'administratif"

Jade Denis a rejoint son compagnon Thomas Wilmet dans la ferme familiale. Elle y produit du beurre artisanal. Mais ce jeune couple de respectivement 26 et 29 ans aimerait pouvoir passer moins de temps à gérer les dossiers administratifs. "50% de notre temps, on travaille dans l'administratif", nous explique Thomas. La Fédération des Jeunes Agriculteurs plaide donc pour davantage de simplification administrative. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK