Quel avenir pour le Palais de Justice de Bruxelles?

2018, 2026, 2028, et désormais 2040 : la livraison du Palais de Justice de Bruxelles n'en finit pas d'être repoussée. Le Ministre fédéral de la Justice Koen Geens a confié ce jeudi à La Libre que les échafaudages ne seraient pas retirés avant une vingtaine d'années, pour un budget de 100 millions d'euros. 

>>> À lire aussi : Le Palais de Justice de Bruxelles dans le top des bâtiments les plus délabrés au monde

La saga a commencé dans les années septante. Les premiers échafaudages ont été installés autour du Palais en 1975... pour ne plus jamais le quitter. "Je n’ai aucune image du Palais de Justice sans échafaudages, je les ai toujours connus, depuis toute petite, c’est pathétique !" témoigne une Bruxelloise.

Un filet de protection à la place des échafaudages ? 

Au total, 26.000 mètres carrés entourés d'une gigantesque structure d’acier, à une exception près: la coupole, restaurée en 2002. Depuis, plus aucun travaux d’ampleur n’a été entrepris, seules quelques petites réparations et... le remplacement des échafaudages eux-mêmes, dont le but est d'"éviter que des petites pierres tombent et blessent des riverains" explique Johan Vanderborght, responsable communication de la régie des bâtiments.

Le bâtiment s'effrite. Les pierres défaillantes avaient bien été remplacées, une par une, en 1985, mais 26 ans plus tard, en 2011, le constat était identique : d'énormes blocs continuaient de s'écraser au sol. 

>>> À lire aussi : Les champignons infestent les caves du palais de justice à Bruxelles

Jean-Pierre Buyle, président de la fondation Poela conteste l'utilité de l'armature : "On nous a toujours dit qu’ils servaient à tenir la façade, mais une expertise judiciaire ordonnée à la requête de la région Bruxelles-Capitale a montré que ce n’était pas le cas, et qu’on pouvait enlever ces échafaudages, et mettre un filet de protection pour faire en sorte que les pierres qui se détacheraient soient retenues. Allez savoir à quoi sert ces échafaudages…"

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK