Que savait la locataire de l'immeuble où a été arrêté Salah Abdeslam?

Djemila Aberkan habitait dans l'appartement au rez-de-chaussée du 79, rue des Quatre Vents à Molenbeek. C'est à cet endroit qu'était planqué Salah Abdeslam lors de son arrestation. La locataire des lieux a été inculpée de recel de criminels. Mais que savait-elle réellement? Était-elle au courant que l'homme le plus recherché d'Europe était sous son toit? Nous avons tenté de rencontrer les autres locataires de l'immeuble. "Je ne pourrais pas répondre à vos questions. Désolée. Au revoir", nous a répondu, très cordialement, l'une des habitantes du bâtiment. 

Les voisins restent discrets

Nous avons aussi fait le tour des commerces avoisinants. Tous nous ont répondu ne pas connaitre la dame d'une cinquantaine d'année. C'est pourtant dans ce quartier qu'elle faisait ses courses. La présence des journalistes, on le sent, fatigue les riverains. Beaucoup ne souhaitent pas répondre à nos questions. L'une des voisines, Malika, évoque une femme tranquille et calme. "C'est une maman, comme moi, comme tant d'autres, qui est dépassée par les événements. À un moment donné, les enfants deviennent autonomes et font des choses, non pas avec les parents, mais à côté ou sans les consulter. Je ne pense pas qu'elle soit impliquée. Ça me dépasse un peu. Je ne peux pas me l'imaginer en tout cas, mais ça pourrait, qui aurait cru pour Abdeslam", raconte Malika.

Une autre riveraine nous a parlé d'une femme honnête et très malade. Elle était rentrée chez elle il y a environ une semaine, après un séjour à l’hôpital.

La commune veut clarifier la situation

Djemila Aberkan avait signé un bail pour ce logement social de deux chambres en 2009. Elle y habitait seule. La commune, propriétaire de l'habitation, espère avoir des informations rapidement. "Si c'est vérifié qu'elle a accueilli en toute connaissance de cause et sans contrainte un criminel, c'est inacceptable, la commune souhaite que le bail se termine. On est en train d'étudier avec le service juridique, le service logement et les autres services de la commune de quelle manière avoir les informations. Nous allons écrire à la justice et au parquet pour avoir ces informations", explique Karim Majoros (Ecolo), échevin du logement à Molenbeek.

La procédure civile devra vraisemblablement attendre la fin de la procédure pénale. Cela pourrait prendre des années. Depuis l'assaut de vendredi, la locataire a repris contact avec le service logement de la commune, mais elle est, pour l'instant, relogée chez des proches. La commune n'a plus accès à l'appartement. Les serrures ont été changées par les services de police.

La commune de Molenbeek se dit aussi interpellée par ce qu'il s'est produit vendredi dernier. "Non seulement ce logement a été mis en danger, mais les autres locataires de l'immeuble et les riverains de la rue ont été mis en danger", insiste l'échevin.

Chaque appartement de l'immeuble situé au 79, rue des Quatre Vents, possède une cave privative. Il se pourrait donc que Salah Abdeslam soit resté dans cette cave et non dans l'appartement. La locataire pourrait donc ne jamais avoir été au courant. L'enquête devra éclaircir ce point.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK