Quatre satellites pour améliorer la météo solaire

RTBF
RTBF - © RTBF

Samba, Tango, Rumba et Salsa, les quatre satellites de la mission Cluster qui dansent depuis dix ans dans l'espace, devraient permettre d'améliorer la météo solaire grâce à une meilleure connaissance des effets du vent solaire sur le champ magnétique terrestre.

Cluster, en orbite depuis le 1er septembre 2000, "a permis de progresser considérablement dans la connaissance des phénomènes d'interactions Terre-Soleil, largement invisibles", a résumé dans un communiqué l'Agence spatiale européenne (ESA) à l'occasion des dix ans de cette mission.

Le vent solaire, composé de particules porteuses d'une charge électrique, peut se transformer en tempête perturbant le fonctionnement de satellites de télécommunication ainsi que les réseaux électriques ou informatiques au sol.

"On espère arriver à un modèle global de météo spatiale", a déclaré à l'AFP Philippe Escoubet, responsable de la mission Cluster qui doit se poursuivre jusqu'en 2012, voire 2014.

"La météo au sol a mis des dizaines d'années pour parvenir à prévoir quelques jours à l'avance et il va nous falloir aussi quelques dizaines d'années pour arriver à avoir ces quelques jours d'avance", a-t-il ajouté.

La danse des satellites Samba, Tango, Rumba et Salsa, qui se sont tantôt éloignés tantôt rapprochés l'un de l'autre, a permis de représenter en trois dimensions les interactions entre vent solaire et champ magnétique terrestre.

Un millier d'articles scientifiques ont été publiés, avec des découvertes concernant les électrons "tueurs", les "aurores noires", la "reconnexion magnétique" Terre-Soleil et les "ondes de surface" sortes de vagues provoquées par le vent solaire au sein du champ magnétique terrestre, comme le vent en crée sur l'océan, résume M. Escoubet.

"Lorsque ces vagues s'enroulent, ça permet à l'énergie du Soleil de pénétrer à l'intérieur du champ magnétique de la Terre", précise-t-il.

Des électrons de très haute énergie (mille fois celle reçue pendant une radio des dents) peuvent être produits au cours de forts orages solaires, lorsque le champ magnétique terrestre se retrouve comprimé. Ces électrons "tueurs", qui n'arrivent pas sur Terre, peuvent endommager les composants électroniques d'un satellite.

"Quand beaucoup d'énergie passe du vent solaire à la Terre, cela produit de forts courants très proches de la Terre" qui peuvent induire "des courants au niveau du sol" dans les lignes haute tension, abîmant des transformateurs, comme en 1989 au Québec et en 2003 en Afrique du Sud, rappelle-t-il.


AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK